Accueil » Economie » Mini-sucrerie de Boeny – Du sucre roux d’excellente qualité
A la une Economie

Mini-sucrerie de Boeny – Du sucre roux d’excellente qualité

La mini-sucrerie peut produire 3,5 à 6 tonnes de sucre roux par jour.

Le projet de mini-sucrerie d’Antananifafy est mené à terme. Elle produit du sucre roux d’excellente qualité.

Non ce n’est pas du vent. Les zones de pépinières industrielles se con­crétisent de plus en plus. La mini-sucrerie de Boeny construite dans le fokontany d’Antananifafy à Mahajanga en est la preuve. Le ministre de l’ Industrialisation, du commerce et de la consommation, Edgard Razafindravahy a constaté les réalités sur place samedi.

Le projet aboutit finalement après plusieurs années d’arrêt. Financé en partie par l’Union européenne et géré par l’Onudi, le matériel pour le montage de l’usine est arrivé en 2016. Il a fallu l’intervention du ministre Razafindravahy pour que le projet redémarre en début d’année. Les zones de pépinières industrielles sont d’une importance capitale en cette période de crise internationale et de hausse de prix des denrées alimentaires importées.

Elles contribuent à la réalisation du velirano sept sur l’industrialisation et neuf sur l’autosuffisance alimentaire du président de la République.

L’équipe du Micc est sur place depuis quelques jours pour les essais techniques et surtout pour soutenir et former les planteurs de canne à sucre pour répondre aux besoins de l’industrie. Selon les techniciens indiens venus pour le montage de l’usine,la mini sucrerie peut traiter 60 tonnes de canne par jour mais elle peut aller jusqu’à 110 tonnes.

La mini-sucrerie peut produire 3,5 à 6 tonnes de sucre roux d’excellente qualité par jour. De quoi couvrir une grande partie des besoins de la région Boeny. En outre des sous produits comme ­l’éthanol sont également dérivés.

Consommer local

Maintenant il faudra assurer l’approvisionnement régulier de l’usine en canne à sucre à un prix stable. Il est évident que pour le moment la canne à sucre disponible chez les planteurs ne peut pas couvrir la capacité de l’usine.

Ensuite il faut un débouché pour le sucre produit no­tamment sur le marché de Mahajanga. Le ministre Razafindravahy encourage à ce propos la population de Boeny à consommer local au lieu d’acheter du sucre blanc importé d’Amerique du Sud, selon la directrice régionale du Micc.

La mini-sucrerie de Boeny assure également de l’emploi direct et indirect pour la population locale et garantit un pouvoir d’achat aux planteurs locaux.

Le ministre Razafindravahy a annoncé que la mini sucrerie de Mahatalaky a Tolagnaro emboîtera le pas à celle de Boeny. Et pour montrer que les zones de pépinières industrielles sont bel et bien une réalité, le mois de mai sera marqué par l’arrivée progressive de kit de plus de soixante quinze uni tés de trans – formation ( fruits, tomates, huile végétale, farine de manioc, sucre, riz…)qui seront implantées dans des zones aménagées.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter