Accueil » Economie » Industrie extractive – Ambatovy engrange à nouveau des bénéfices
Economie

Industrie extractive – Ambatovy engrange à nouveau des bénéfices

Ambatovy  exploite  et  exporte  du  nickel.

Le plus beau reste à venir pour Ambatovy. Avant même que les cours du nickel n’aient connu une forte hausse à cause de la guerre en Ukraine, cette grosse firme a pu renouer avec les bénéfices.

De belles perspectives. Les années difficiles où les prix à la tonne du nickel sont passés de 52 000 aux alentours des 10 000 dollars sont déjà loin. Une érosion inattendue. L’an passé, Ambatovy qui exploite et exporte le nickel, a fini l’exercice avec un résultat d’exploitation positif de 146 millions de dollars contre un déficit de 920 millions de dollars en 2020. Ce sont les données fournies par Sumitomo Corporation, l’actionnaire qui détient aujourd’hui 54,17% des parts sociales d’Ambatovy. Une inversion de dynamique par la reprise des activités en mars 2021. Par la vente de 38 000 tonnes de nickel sur les 40 000 envisagées. S’il a été prévu de les écouler à 8,60 dollars/lb (lb=0,454kg), tout s’est négocié à 9,40 dollars.

Ces transactions financières de grande envergure ont requinqué l’économie du pays, mise à mal par les mesures restrictives dictées par l’état d’urgence sanitaire qui ont inhibé la quasi-totalité des activités créatrices de richesses et génératrices d’emplois. La Banque centrale de Madagascar, dans sa dernière missive d’analyse détaillée de la conjoncture économique, n’a pas manqué de rapporter « qu’une hausse de 94,2% des exportations totales de Madagascar avait été enregistrée au premier trimestre de cette année par rapport aux opérations effectuées durant la même période de l’année dernière. Ce progrès avait surtout été tiré par le nickel et le cobalt » a-t-elle mentionné.

S’attendre à mieux

Avant de poursuivre que « cette filière devra contribuer davantage à l’économie. Avec la forte demande espérée de ces produits miniers. Par l’intensification de la production de voitures électriques, conjuguée aux sanctions infligées sur les exportations russes de ces pépites ». Deux raisons, plausibles, évoquées et invoquées par la Banque centrale de Madagascar pour s’attendre à mieux pour cette année.

La redevance minière versée par Ambatovy continue, par contre, de nourrir des polémiques stériles et contre-productives. Le Premier ministre Christian Ntsay n’a-t-il pas posé la question selon laquelle « quels ont été les apports de grandes mines pour améliorer la vie des Malgaches ». Piqué par quelle mouche, il a peut-être oublié les nombreuses actions sociales d’Ambatovy. Qui travaille aussi avec plusieurs fournis­seurs malgaches. Sans compter de gros investissements pour restaurer l’environnement naturel des espèces endémiques touchées par ce gigantesque projet qui a englouti pas moins de huit milliards de dollars.

En tout cas, avec cette euphorie ambiante, pour ce t te année, Ambatovy table sur 40 000 tonnes d’exportations de nickel, à raison de 10,32 dollars/lb, d’après Sumitomo Corporation. Une estimation réaliste avec la montée en flèche des cours du nickel. L’usine a une capacité maximale annuelle de production de 60000 tonnes par an, jamais atteinte jusqu’à ce jour. Sur le plan structurel, après le départ des sociétés fondatrices , Ambatovy ne compte plus que deux actionnaires. La japonaise Sumitomo Corporation avec ses 54,17% et la Korea mine rehabilitation and minéral resources , Komir. Il fut un moment où cette dernière a cherché des repreneurs de ses parts dans le capital. Il se peut que ces nouvelles configurations l’incitent à changer d’avis.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter