Accueil » Editorial » Il était une voix
Editorial

Il était une voix

Mieux vaut tard que jamais. Le gouvernement a décidé de reprendre depuis le début la confection de la liste électorale. Voilà une nouvelle qui doit rassurer tout le monde après l’élection présidentielle de 2018 dont la crédibilité a été mise en doute par une histoire de doublon qui a coûté sa place au secrétaire général de la Ceni. Depuis la présidentielle de 2013, la liste électorale était sujette à caution faute d’un recensement en profondeur et en détail. Des quartiers n’ont jamais vu le passage des agents recenseurs de la Ceni. Du coup des électeurs inscrits régulièrement dans la liste électorale depuis des années ont disparu.

Pour le moment on ignore comment la Ceni va procéder pour cette refonte de la liste électorale jusque là confiée aux fokontany. La où le bât blesse c’est qu’il y a belle lurette que les fokontany ont perdu leurs attributions originelles. Les présidents de fokontany ne sont plus élus depuis que les fokontany ont été rayés des collectivités décentralisées dans la Constitution. Les présidents de fokontany désignés tiennent plutôt un rôle plus politique qu’administratif. Certains s’adonnent à du business dans les litiges fonciers et délaissent carrément leur fonction d’administrateur de la société. En tous cas, les listes électorales ne sont plus à jour au niveau des fokontany faute d’un président responsable et faute de moyens également. Avec l’augmentation de la population, il est aujourd’hui impossible de gérer la mobilité, l’état civil des habitants d’un fokontany de façon manuelle. C’est une excellente initiative d’avoir digitalisé les carnets fokontany mais c’est un coup d’épée dans l’eau si les fokontany ne sont pas dotés de matériel informatique pour suivre et contrôler leurs habitants. Il faut ainsi avoir une suite dans les idées.

C’est d’ailleurs une autre paire de manche étant donné qu’il va falloir former du personnel pour manipuler les ordinateurs et gérer toutes les données. Il y a loin de la coupe aux lèvres quand on sait que les indemnités dérisoires du seul chef fokontany accusent un retard de paiement de plusieurs mois. Le budget pour cette opération a été d’ailleurs revue à la baisse.

En somme tout ce qui est liste pose problème. Liste des membres du gouvernement, liste des joueurs des Barea, liste électorale…

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter