A la une Politique

Confinement – Une nouvelle prolongation plane

Les  simples  citoyens  profitent  des  heures  autorisées  pour  travailler.

La quatrième quinzaine décrétée dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire est presque expirée. Les nouvelles instructions du Chef de l’État Andry Rajoelina sont attendues.

L’état d’exception sera-t-il prorogé? Le pays sera-t-il reconduit vers la cinquième partie du confinement? Les regards de toute une Nation son t braqués sur l’Exécutif. Ce qui est sûr, c’est que les points de vue de tous les secteurs s’opposent après les récentes détériorations de la situation sur la pandémie Covid-19.

Les cas confirmés sont en courbe ascendante dans les trois régions dont Analamanga, Atsinanana et Alaotra Mangoro. Ainsi, l’augmentation de la contamination de contact inquiète la plupart de la population. Le secteur éducatif est le plus sensible du fait que les élèves en classe d’examen sont appelés à assister au cours depuis deux semaines. La Transparency International Initiative Madagascar, accompagné par plusieurs membres de la société civile dans le domaine de l’éducation, a sorti un communiqué conjoint et sollicite « le report de la reprise de l’école pour protéger nos enfants ». Les conditions de sécurité de ces élèves ne sont pas, pour l’instant, agréables selon ces acteurs. Ainsi, le déconfinement partiel qui sous-entend l’ouverture des activités pédagogiques ne demeure pas une solution pour la société civile jusqu’à preuve de contraire.

Suivre les instructions

Le secteur privé souhaite, par contre, l’assouplissement des règles en faveur des travailleurs et des entreprises. Actuellement, plusieurs sociétés sont au point de fermer leurs portes à cause des effets du confinement. D’après Barson Rakotomanga, secrétaire général de la plateforme syndicale SSM, « la prolongation du confinement ne pose aucun problème pour nous. Mais il faut élargir les heures de travail pour soutenir les travailleurs et les employeurs tout en respectant les conditions sanitaires nécessaires et les gestes barrières ». Si les mesures applicables aux entreprises seront maintenues durant la suite de la lutte contre le Covid-19, le SSM craint le licenciement massif des employés.

Le secteur économique souffre énormément depuis le déclenchement de la crise sanitaire. Les activités clés sont les plus victimes de la restriction. Le sénateur Jean Rémi, lors de la rencontre des économistes avec les membres de la Chambre haute, mercredi, préconise l’amélioration des mesures en faveur de tous les opérateurs. « La relance économique devrait être effective dans l’immédiat. Des mesures nécessaires pour soutenir les opérateurs devraient être mises en place. Au moins les activités cesseront à 16 heures au lieu de 13 heures tous les jours puisque les conséquences du confinement nous paraissent désagréables », a-t-il avancé.

À l’exception des services réquisitionnés, le secteur de transport attend également la décision du gouvernement sur la suite de la lutte contre le Covid-19. « À mon avis, en tant que transporteur, le mieux serait de suivre les instructions des autorités compétentes afin d’endiguer la propagation de la pandémie. Les transporteurs ont demandé à reprendre le service public juste après le premier confinement. Toutefois, la situation sanitaire ne nous permet pas d’insister car le nombre des cas confirmés du Covid-19 se sont multipliés», explique Fredinard Rakotondragara, président de coopérative. La hausse soudaine des patients atteints du coronavirus dans plusieurs régions semble déjà un mauvais présage pour les transporteurs.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • illyeems
    illyeems@gmail.com

    la précarité et le bon déroulement de cette urgence sanitaire passe un peu dans le flou
    rester encore dans le confinement cela engendre beaucoup de facteur social et psychologique
    dépression activité sexuelle intense et vole de tout genre
    car fermeture de certain collectivité

    je pense que si ils ont déjà le remède qu’il faut un retour a la normal pour équilibrer cette dépendance économique et sociale pour libere les esprits