Economie

Rocade Nord-Est – Un cinquième des travaux accompli

La Rocade Est et Nord–Est assurera l’interconnexion entre une douzaine de communes périphériques.

Les travaux de construction de la rocade Est et Nord Est et de la pénétrante urbaine au nord battent leur plein.

Le plus dur reste à faire. 20% des travaux de construction de la rocade Nord-Est Est sont maintenant achevés. Le constat a été formulé lors de la visite de chantier effectué hier par les autorités ainsi que les principaux bailleurs de fonds de ce projet d’extension des infrastructures routières autour de la ville d’Antananarivo. Prévus s’achever dans un délai de trente-deux mois, les travaux ont commencé il y a exactement un an pour être actuellement dans la phase de terrassement des ouvrages d’assainissement. Ce projet sera la plus longue route à quatre voies dans la capitale reliant Amoron’ Akona Ambohimangakely et Andranobevava. Cette route mesure sept kilomè­tres de long et vingt-sept mètres de large. Elle comportera quatre carrefours, le premier à Amoron’Akona, le second à Ambohimahitsy, le troisième à Ankerana et le dernier à Nanisana. Deux ponts seront également construits à Ampasimbe et à Soa­manan­drariny.

Une bretelle de neuf mètres, reliant Ankerana et Ankadin­dramamy, près de la station d’essence Shell, verra, également, le jour.
« Afin d’accélérer la mise en œuvre du projet, les travaux de nuits ont débuté depuis le mois d’avril de cette année. Grâce à ce souci d’efficacité, un cinquième du chantier est actuellement achevé. Pour plus de détails, la déviation du pont de Soamanan­drariny, le pont d’Ampasimbe et la Rocade Est sont déjà en phase d’installation. Ainsi la route sera opérationnelle dès début 2021. Ce qui équivaut, pour nous à un démarrage des travaux prometteur » rassure Jean Pascal Ramanamisata, directeur général de e l’Autorité routière de Madagascar (ARM).

Gain de temps
D’un coût total de soixante-deux millions d’euros, ce projet est soutenu par l’Agence Française de Développement (AFD) à hauteur de vingt-quatre millions d’euros et par la Banque européenne d’investissement (BEI) pour vingt-huit millions d’euros. L’Union européenne finance la maîtrise d’œuvre dans le cadre de la Facilité pour l’investissement en Afrique. L’État malgache finance, quant à lui, les compensations à la population. « Les conditions de déplacement sont extrêmement difficiles autour et à l’intérieur d’Antananarivo. Elles pèsent sur le développement économique de l’agglomération et sur celui du pays tout entier, mais aussi sur le quotidien de près de trois millions d’habitants de la communauté urbaine. Après l’effectivité de cette rocade, nous estimons à près de soixante millions le nombre d’heures économisées par la population d’Antana­narivo.