Accueil » A la une » Remède du coronavirus – L’espoir de tout un peuple
A la une Politique

Remède du coronavirus – L’espoir de tout un peuple

Andry Rajoelina se donne à fond dans la mise au point du remède du coronavirus.

La découverte d’un remède du coronavirus annoncée par le président de la République a fait naître un espoir pour tout le pays. Il reste à confirmer son efficacité.

Le président de la République Andry Rajoelina s’est fait rare ces derniers temps. Ses apparitions télévisées se sont espacées. Visiblement il se donne à fond dans la mise au point du remède du coronavirus qu’il a annoncé il y a quelques jours. Pour le moment le secret est bien gardé autour de ce fameux médicament. Tout ce que l’on sait c’est qu’il s’agit d’une panacée à base de plantes médicinales à en croire les révélations du Président. Mais il ne s’agit vraisemblablement pas d’huiles essentielles dont les vertus sont plutôt préventives que curatives. Le Président a également précisé qu’il s’agit d’un médicament administré par voie intraveineuse , or les huiles essentielles sont des infusions ou des baumes pour la plupart et non pas des perfusions. Plantes médicinales ne veulent pas dire automatiquement huiles essentielles.

Ce qui est certain, toujours selon la déclaration du Président, c’est que le médicament est à l’essai clinique et est testé sur des malades du coronavirus avec leur consentement. Miracle ou heureuse coïncidence, après presque un mois d’épidémie, Madagascar compte cent dix cas de coronavirus dont quatre vingt et un malades et vingt-neuf guérisons dont six pour la journée d’hier. On ignore si c’est grâce au fameux remède annoncé par le Président Andry Rajoelina, le fait est que jusque là Madagascar tient tête à la pandémie. Les chiffres sont dérisoires comparés à ceux des îles voisines à l’instar de Mayotte, Maurice et La Réunion qui comptent le triple de nombre de malades et un nombre important de décès. Aussi paradoxale que cela puisse paraître, Mada­gascar avec des moyens limités et nettement insuffisants fait bonne figure dans la lutte contre la pandémie. Pour le moment on ne compte aucun mort et des malades dont le cas était jugé grave ont été guéris. Les pronostics avaient pourtant prédit une hécatombe, une apocalypse.

Opportunité

D’aucuns avancent que les statistiques sont ce qu’elles sont puisque le nombre de dépistés est moindre. Certes, mais si la pandémie se trouvait à un stade avancé, les morts n’attendraient pas d’être dépistés pour joncher les rues comme c’est le cas à Guayaquil, capitale de l’équateur.

Si la situation semble se stabiliser malgré la multiplication des cas contacts dans plusieurs quartiers de la capitale, il doit y avoir une explication. Et pour le moment, la seule explication reste l’efficacité relative du traitement grâce au médicament prescrit par les médecins dont il faut saluer le courage et l’abnégation malgré un manque criant de matériel.

De toutes les façons, on n’a rien à perdre dans la guerre contre cette pandémie. On tente le tout pour le tout, advienne que pourra. Comme l’a souligné le président de la République, c’est peut-être une opportunité unique pour Madagascar de se hisser parmi les grands pays grâce à ce remède. Ce n’est pas une faute d’y croire. D’ailleurs d’autres pays africains emboîtent le pas à Madagascar à l’image du Bénin et du Sénégal qui sont également en train de tester un médicament local pour battre le coronavirus.

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  •  » Quand c’est flou , il y a le loup  » disait superbement l’ancienne ministre Socialiste Martine Aubry . Entre la fiction et le rationnel il y a une évidence à ne pas occulter face au SARS-Cov-2 . Les essais cliniques sur une molécule , plante médicinale ou non , obéit à des règles éthiques et méthodologiques basées sur des rigueurs scientifiques répondant à des normes internationaux établis . Et c’est là que réside les doutes émis par des observateurs et des éditorialistes de la presse étrangère rompus aux arcanes des procédés à standards consensuels .Il n’y a rien de mal à piocher dans les vertus de notre pharmacopée traditionnelle mais le réalisme devrait l’emporter face à toute précipitation contextuelle liée à la crise sanitaire . Surtout la validation par la communauté scientifique internationale arc–boutée sur des études randomisées avec des groupes témoins font défaut . Le risque de créer d’énormes désillusions et frustrations du peuple n’est pas écarter . Ce n’est pas l’illumination de la trêve pascale qui servira de fil conducteur .Le déni de la réalité nous hante . Faisons en sorte également que des gens ne soient pas pris pour des cobayes loin s’en faut .L’opacité autour de ce projet sur ces fameux scientifiques qui ont approché le chef d’état et sur l’identification des plantes en question intrigue au plus haut point . Rappelons encore que l’OMS a bien précisé qu’aucune plante Médicinale à Madagascar n’est en mesure à ce jour de traiter le covid-19 .
    Un compromis entre le sanitaire , le social et l’économie devrait guider la décision de notre président de la république sur une prolongation du confinement ou non .Il y a deux paramètres essentiels : l’indiscipline et la pauvreté de la grande majorité de la population . Pour le déconfinement La France envisage le port généralisé et systématique des masques  » grand public » .Ce qui ne signifie pas « obligatoire  » car le conseil d’état censurera toute atteinte à la liberté individuelle .Une situation à ne pas extrapoler à notre pays vue les caractéristiques démographiques différents en termes de densité dans notre capitale .
    La grippe  » asiatique  » en 1958 a causé la mort de 4 millions d’individus dans le monde tout comme la grippe de « Hong KONG » en 1968 à l’origine de 20.000 décès seulement en France . Ces deux fléaux sont passés dans l’indifférence générale .Cette pandémie de Covid-19 va bouleverser toute l’économie mondiale et l’attitude incompréhensible toujours de Donal TRUMP interpelle en bloquant l’organisation mondiale du commerce soit disant favorisant La Chine . Le G20 par contre vient de suspendre PROVISOIREMENT pendant la crise la dette des pays pauvres .
    On focalise pour l’instant notre espoir nous les Malgaches sur la véracité et l’efficience réelle de cette plante dans le secret des Dieux pour venir à bout du Covid-19 .Ce serait un immense hommage au défunt Professeur Ratsimamanga.

    • Nous croisons les doigts pour toutes les recherches sur le traitement qui pourrait contrecarrer les effets néfastes de cette épidémie. Les malgaches suivent la même voie que la mise au point de certains protocoles thérapeutiques comme en France avec le Dr Raoult et bien d’autres ailleurs. Si cela s’avère inefficace, cela aura au moins eu le mérite de donner de l’espoir et faire patienter les gens. La Chloroquine est elle aussi issue d’une plante, alors que Dieu vous aide !!

  • Les malgaches sont un peuple qui vit dans le déni de la réalité. C’est bien la raison pour laquelle ils n’avancent pas. Pour avancer il faut avoir l’humilité d’admettre ses limites. Et l’humilité est une qualité qui fait défaut au peuple malgache.
    Si l’épidémie n’a pas fait de morts c’est probablement parce que le système immunitaire de la population est plus fort (étant donné les conditions environnantes) ou parce que le pays compte moins de personnes âgées.
    Concernant le nombre de personnes contaminées cet article de l’Express fait absolument fausse route.
    Même si cette remède était efficace, même si le système immunitaire des malgaches leur permettait de ne pas tomber malades, il faudrait tout de même trouver bien plus de positifs. En effet, un organisme qui résiste à une infection développe des anticorps (et donc reste de toute façon positif au test) et même si il est symptomatique il transmet le virus. Or le fait qu’après des semaines le nombre de contaminés reste constant est une aberration.
    Conclusion : ce n’est pas parce que on ignore un problème qu’il n’existe pas. C’est exactement ce qu’on appelle du déni de la réalité.

Voir aussi