Social

Enseignement supérieur – Les étudiants réclament la reprise des cours

Cette fois les étudiants manifestent pour pouvoir revenir en classe.

Après un ultimatum la semaine dernière, les étudiants sont passés à l’action hier dans la matinée sur le campus de l’université d’Antananarivo. Les étudiants réclament principalement la reprise des cours durant leur manifestation hier « nous réclamons le rétablissement des enseignements puisque depuis deux semaines les activités pédagogiques se sont arrêtées », indique Odylon, porte parole des étudiants. La crainte d’une année blanche aurait été à l’origine des revendications : « Nous craignons une année blanche pour cette année universitaire vu l’interruption des cours depuis quelques temps », explique la porte parole. Outre la crainte d’une année blanche, les manifestants revendiquent également l’augmentation des bourses d’études : « les bourses d’études doivent augmenter puisque la dernière augmentation date d’il y a cinq ans et elle était de 10% », explique encore la porte parole. Les problèmes de sécurité au niveau du campus font également l’objet d’une revendication chez les manifestants : « Nous exigeons que les responsables se penchent également sur la sécurité au sein de l’université puisque nous faisons face à l’insécurité au sein du campus récemment », enchaine la porte parole.
Interrogés sur les différentes revendications et ses liens avec la grève du Seces, les étudiants nient : « C’était depuis 7 mars que nous avons posé notre ultimatum mais c’est maintenant que nous manifestons », insiste-t-il. De son côté, un responsable au sein du ministère de l’enseignement supérieur a affirmé que certains points de revendications sont réalisables et d’autres pas. Selon ce responsable, les points sur la sécurité au sein de l’université sont à revoir et ils sont ouverts à toutes les négociations. Les manifestants menacent de continuer leur grève jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée : « Ce que nous savons c’est que notre grève est due à l’arrêt des enseignements, nous exigeons qu’une solution soit prise par les responsables. Faute de quoi, nous poursuivrons notre grève ». , soulignent-ils.