Océan indien

Mayotte – Un premier cas de coronavirus annoncé

Une rue principale de Moroni, aux Comores, en mars 2019.

Un premier cas de Covid-19 identifié samedi. Il s’agit d’un patient ayant séjourné en France, actuellement hospitalisé sans aucun signe de gravité.

Le gouvernement comorien a décidé d’accentuer, samedi, les mesures de prévention du Covid-19 dans le pays. Une première suspicion de cas en provenance de la France avait inquiété le pays la semaine dernière, mais n’avait finale­ment pas été avérée. Cette fois, un premier cas vient d’être confirmé par l’Agence régionale de santé sur l’île de Mayotte géographiquement rattachée à l’archipel des Comores. L’archipel manque d’infrastructures et de moyens médicaux, mais les autorités se veulent rassurantes.

Les autorités ont annoncé des mesures de prévention et en avance selon le Dr Takiddine Youssouf, secrétaire d’État en charge de la coopération. « Nous n’avons pas de cas de coronavirus jusqu’à maintenant donc les mesures concernent des mesures d’hygiène, des mesures de contrôle dans les frontières pour contrôler ceux qui viennent pour des mesures de mise en quarantaine. C’est un pays qui a déjà confirmé des cas qui prend ces mesures alors que nous n’avons pas encore confirmé de cas, c’est pour qu’on puisse se préparer à des éventualités. »

Prélèvement

Mais ces mesures seront-elles suffisantes ? Les écoles sont toujours ouvertes et les membres de la diaspora en provenance de zones à risque continuent d’affluer, sans parler des délais de diagnostic du covid-19 évoqués par le Dr Takiddine.

« Dans le cas du Covid-19 nous devons envoyer les prélèvements jusqu’à maintenant en Afrique du Sud ou à La Réunion. Ce n’est pas seulement le Covid-19 où il y a de longues procédures de confirmation. La France va envoyer des médecins pour former le personnel de laboratoire de notre centre hospitalier. Et maintenant le prélèvement n’est pas payant du tout. »

Tout est fait pour faciliter l’accès au dépistage du coronavirus et pour l’instant la fermeture des frontières n’est pas envisagée. Néanmoins avec ce premier cas confirmé à Mayotte, l’inquiétude est montée d’un cran dans
l’archipel.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter