Economie

Textile – Les couvertures chinoises envahissent le marché

Le directeur général de l’Autorité Nationale chargée des Mesures Correctives Commerciales, Barthélémy.

La Somacou et le SIM ont tenu tête à la Chambre de Commerce chinoise dans le cadre de l’enquête autour de la sauvegarde sur les importations de couvertures.

Acharnées auraient été les discussions durant la séance d’audition spéciale demandée par la Chambre de
Com­merce chinoise pour l’import-export de textiles (CCCT) dans le cadre de l’enquête autour de la sauvegarde sur les importations de couvertures à Madagascar le 12 mars dans les locaux de l’Autorité Nationale chargée des Mesures Correctives Commercia­les(ANMCC) à Antanimena. Venue à Mada­gascar pour défendre ses intérêts, la délégation chinoise menée par le vice-président de l’organisation Wang Yu s’est heurtée à la véhémence de la partie malgache qui n’entend pas céder du terrain face aux importations de couvertures qui trustent plus de 90% des parts de marché à Mada­gascar selon les chiffres de l’ANMCC.

Courage
La Somacou, l’ancien géant malgache des produits textiles, a été appuyée pour l’occasion par le Syndicat des Industries à Madagascar (SIM).
La ligne de défense de la partie malgache s’est articulée autour de la mauvaise qualité supposée des couvertures chinoises. Interrogé au téléphone, le président du SIM Freddy Rajaonera a apporté des précisions sur ce qui s’est passé. Il a ainsi confirmé la tension qui a régné dans la salle durant la séance mais il a tenu à ne retenir que l’opiniâtreté du syndicat à défendre les intérêts de l’industrie malgache face aux importations. «Nous sommes face à des couvertures faites de tissu recyclé de basse qualité», a-t-il lancé, soulignant au passage leur faible pouvoir calorifique. Freddy Rajaonera d’indiquer que les importations ont mis à mal la Somacou qui est l’une des plus anciennes industries de Madagascar. D’après lui, la production de l’usine est passée d’un million deux cent couvertures par an à seulement cent cinquante mille en l’espace de dix ans. Le cas de Soma­cou est symptomatique de ce qu’endurent les industries malgaches face à l’importation sauvage. Dans ce sens, le président du SIM dont le mandat touche à sa fin, entend saluer le courage dont a fait preuve le directeur général de l’ANMCC Barthélémy. Les mesures annoncées prônent des droits de douanes de 41% pour les couvertures.
La délégation chinoise composée d’exportateurs, de producteurs et d’importateurs de couvertures à Madagascar entend écarter une hausse des taxes en invitant la partie malgache à investir pour gagner en compétitivité. Dans ce sens, elle a entre autres proposé des partenariats pour appuyer le secteur du textile à Mada­gascar, a fait savoir Barthé­lémy. Ce dernier qui veut malgré tout rester impartial dans sa prise de décision donne à la partie chinoise jusqu’au 31 mars pour apporter de nouveaux éléments. Il fait savoir que les mesures définitives devraient être connues dans le courant du mois d’avril.