GRÈVE DES TRANSPORTEURS - Les consommateurs pris en otage


La grève annoncée des transporteurs est effective depuis hier. Le transport de marchandises est suspendu. Pris à la gorge. C’est le cas de le dire à propos des pauvres consommateurs qui risquent de payer les tributs de la grève des transporteurs entamée hier. Avec cet arrêt de travail des camionneurs motivé par l’état désastreux de la RN2 reliant la capitale à Toamasina, les prix risquent de gonfler davantage. Les efforts de l’État pour stabiliser les prix risquent d’être anéantis par cette grève. “ Le transport des produits de première nécessité comme le riz, le sucre, l’huile… s’arrête tout comme le transport de marchandises par conteneurs. Seul l’acheminement des produits périssables et urgents comme les légumes, les bœufs et les porcs, les médicaments, le matériel de la Jirama et les carburants se poursuit ,“ indique Joelson Gabriel Rakotoarisoa, président du Syndicar des conducteurs professionnels de Madagascar (SCPM), hier. Le mauvais état de la route a déjà causé une hausse des prix depuis quelque temps étant donné que le coût du transport a augmenté. Le trajet Antananarivo-Toamasina ou l’inverse dure 18 heures au lieu de six en temps normal. Les accidents se multiplient également. Plusieurs camions se sont renversés à cause des nids de poule jonchant la RN2. Embouteillages Les transporteurs dénoncent également la lenteur des opérations à la douane. “ Il y a quatre portails mais seul un service est fonctionnel au Port de Toamasina. Cela crée des embouteillages monstres dansle Port. C’est un autre motif d’accident” enchaîne Joelson Gabriel Rakotoarisoa. Les transporteurs réclament l’augmentation du service des douanes dans le port en plus de la réfection des routes. La grève est maintenue en dépit de l’annonce de la réfection des routes par le ministre des Travaux publics, Jerry Hatrefindrazana la semaine passée. Les travaux devront débuter le 15 février. Un premier appel d’offres a été infructueux. Un second sera lancé cette semaine. Les camionneurs ont stationné au bord de la route d’Ankarefo hier pour marquer leur grève. On ignore la durée de leur mouvement. Hier, ils ont eu une réunion avec les autorités. En attendant, les consommateurs sont dans l’expectative. Un petit peu de compréhension des uns et des autres ne serait pas de trop en ces temps difficiles.  
Plus récente Plus ancienne