Accueil » Social » Santé – Les paramédicaux annoncent une grève générale
Social

Santé – Les paramédicaux annoncent une grève générale

Le bureau syndicale des paramédicaux face à la presse hier.

Énième appel des paramédicaux. Alors que le nombre de cas de Covid-19 est en hausse, le syndicat de paramédicaux de Madagascar brandit un arrêt de travail si leurs revendications ne sont pas entendues. « Nous continuons à interpeller le ministère sur les arriérés d’indemnités depuis le mois de mars jusqu’au mois de novembre 2020. Actuellement, on constate l’augmentation du nombre de nouveaux cas. Si une autre réquisition était annoncée, comment les responsables vont-ils s’acquitter de ces arriérés », s’interroge Jerisoa Andriamaholy Ralibera, président national du syndicat des infirmiers et des sages-femmes de Madagascar.

« Nous sommes actuellement dans une phase cruciale. Il faut que les dirigeants tirent des leçons du passé. Le manque de matériel de protection nécessaire pour le personnel de santé les exposent à des risques de contamination », enchaîne le président national. Alors qu’ils constituent près de 43% du personnel soignant, les paramédicaux menacent un arrêt de travail au niveau des formations sanitaires dans tout le pays. « Si nos revendications restent sans réponse, nous allons entamer une grève générale et cela implique l’arrêt définitif du travail pour tous les paramédicaux. Il n’y aura plus de service minimum assuré pour les paramédicaux membres du syndicat », assène Jerisoa Ralibera.

Matériel de protection

Ils font appel à un engagement des responsables dans la dotation de matériel nécessaire au personnel soignant lors des prises en charge des malades. « Lors de la dernière réquisition collective, le matériel de protection a été suffisant pour la première semaine où l’on voyait augmenter le nombre de cas. Après la première semaine, le personnel soignant, en particulier les paramédicaux, a du mal à se protéger puisque les moyens manquaient », souligne le président national.

Les paramédicaux demandent leur renforcement en effectif au niveau des formations sanitaires. « On déplore un sous-effectif des paramédicaux, surtout dans les zones reculées. Pourtant de nombreux étudiants sortants de l’institut de formation inter régional des paramédicaux (IFIRP) bénévoles attendent leur recrutement depuis bien longtemps. Les autorités doivent se pencher sur le recrutement », conclut-il.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter