Notes du passé

La cohabitation des Avaradrano à Antananarivo

La vieille ville vue de l'autre côté de la plaine du Betsimitatatra.

La vieille cité d’Antananarivo, celle entourée de grands fossés circulaires, protecteurs et dont l’accès se fait par six portes, se constitue aussi d’Ambohimanoro, au nord d’Andohalo, habité par les Mandia­vato. Les biens et autres objets du souverain ne passent jamais par le quartier car, dit-on, c’est là qu’Andria­masinavalona a vaincu son frère déchu, Razaka­tsitakatrandriana appelé aussi Lambotsitakatrandriana.

Selon une anecdote, cette déchéance est organisée par le conseiller du roi en personne, Andriamampandry. Un jour, celui-ci fatigué de la dureté de Razaka­tsitakatrandriana, vient lui rendre visite avec un ami qui lance des imprécations contre le souverain et s’en va. Le conseiller en prend prétexte pour consulter le sort, selon l’usage en pareil cas à l’époque, « parce que son ami a agité son lamba contre le monarque». Interrogé à deux reprises, le sort aurait répondu que le roi doit immédiatement quitter Antananarivo et aller au Nord. Pris de peur, celui-ci obéit tout de suite, mais il n’est pas encore à une lieue de la ville que la foule proclame roi son jeune frère, Andriamasinavalona. Bien qu’il ait régné cinq ans (1670-1675) mais considéré comme un roi déchu, ses restes n’ont pas droit au Fitomian­dalana, le Mausolée royal d’Anta­nanarivo.

Le quartier d’Ambatomiangara, au sud-est de Marivolanitra, revient aussi aux Mandiavato-Zanakan­driandoria, de même, Ambohitsoa à l’est d’Andohalo où Andrianam­poinimerina installe Raberanto des Mandiavato-Ambodifahitra.

Au sud, en aval d’Ambohi­tsoa, Tsimahafotsy, Tsimiam­boholahy et Havanandriana se partagent le quartier d’Andohalo­kely. Là aussi les objets royaux ne passent pas pour la même raison qu’à Ambohi­manoro, mais aussi parce que c’est le passage obligé des condamnés à mort et la réserve où sont stockés leurs biens.

Ambatobevanja, au sud-ouest d’Andohalo, revient aux Andria­masinavalona. Certains le dénomment aussi Ambatobehavanja. Les uns veulent y voir « la pierre où il a fallu beaucoup de poudre pour la faire sauter », d’autres pensent à une ancienne poudrière. Pour sa part, l’ancien ministre hova Andria­mifidy qui y a longtemps habité, parle dans le Mpanolo-tsaina de la pierre de Rabehavanja.

Antsahatsiroa où Andrianam­poinimerina prononce parfois des kabary, se distingue par une source dont l’eau sacrée est utilisée par les Hova durant les circoncisions. D’où son nom d’Antsahatsiroa­masina, ce qui interdit aux habitants d’y puiser pour leur consommation, d’autant que l’eau « y est très fade et imbuvable». Au fond d’Antsahatsiroa, Andranomalahelo (à l’eau triste): c’est là que se déroule toute prestation de serment et le sacrifice de « veau orphelin » pour le territoire d’Antana­narivo. Ce quartier est habité par les Tsimahafotsy, Tsimiam­boholahy et Havanan­driana.

En amont, au sud d’Antsaha­tsiroa, se trouve Ambohijafy. C’est le quartier de Rabodo­sahondra, sœur de Radama Ier, mais ses descendants l’ont cédé aux Tsimiamboholahy. Ceux-ci résident aussi en aval, à l’est d’Ambohijafy, à Ampamaho. Notamment Andriantsilavo, père de Rainiharo et grand-père de Raharo et de Rainilaiarivony, Andriamborosy, Ngaihilai­miavona et Hagamainty. C’est aussi là qu’est érigée la tombe d’Andriampirokana, le grand ancêtre des Antehiroka.

Les Tsimiamboholahy héritent aussi d’Ambatondrafan­drana. Rafandrana est, raconte-on, un ancien seigneur vazimba appelé autrement Rafandrandava, Rafandrampohy ou Ralohafan­drana. Plus tard quand Andrianam­poinimerina prononce un discours, son nom est toujours cité en premier. Rafandrana a, dit-on, élevé la pierre qui a donné son nom au lieu. Toutefois, il n’y serait pas enterré, mais à l’ouest d’Ambohitraina, au bord de l’eau où son esprit s’est glissé. Trois siècles après, certains historiens affirment qu’après Ambaton­drafandrana, il est allé s’installer à… Ampandrana!

Au sud d’Ambatondrafan­drana, Avaradrova (au nord du Rova) sur le côté oriental de la route, est le quartier des Tsimahafotsy: Raberesaka qui a l’autorisation royale de construire un tombeau à Ambatondrafan­drana, Rabevanja, Ralazo, Ramanankoazy… L’ouest du portail nord du Rova est occupé par Hagafotsy, Ramaromandresy…, bref des Grands du royaume du temps d’Andrianampoinimerina.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter