Accueil » Sport » HANDBALL-Championnat d’Afrique Dames – Déroute de l’Akio à Dakar
Sport

HANDBALL-Championnat d’Afrique Dames – Déroute de l’Akio à Dakar

L’équipe nationale Akio bonne dernière du groupe C.

Battu pour la troisième fois par la Côte d’Ivoire, Madagascar quitte la compétition sans avoir goûté à la saveur d’au moins une victoire.

Fin de parcours. Battu par le Sénégal 9-40 le 9 novembre, puis par le Cameroun 9-42 le 11, et encore battu 14-40 par la Côte d’Ivoire, l’Akio de Madagascar senior dames quitte la 25e édition du championnat d’Afrique des nations de handball après sa troisième défaite consécutive, hier dans l’enceinte du stade Omnisports de Diamniadio. Le match a débuté à 13 heures 01, heure de Madagascar, avec la mise en jeu des Ivoiriennes. Sur une première incursion ivoirienne, la défense malgache a bien résisté en interceptant la balle. Sur un contre, Madagascar a raté l’occasion d’ouvrir son compteur.

Par un contre rapide, la Côte d’Ivoire a marqué pour mener par 0-1. Pour sa deuxième attaque, Madagascar a encore raté sa chance de revenir à 1 but partout. Plus dynamique et plus rapide, les Ivoiriennes ont marqué leur deuxième but et Madagascar a été mené par 0-2, puis 0-3. Après un score de 0-6, le coach malgache a demandé son premier temps mort. C’est à partir de ce temps mort, sur sa possession, que Madagascar a ouvert son compteur, 1-6. Durant les cinq premières minutes, Madagascar a obtenu deux jeux de 7 mètres, mais tous ont été arrêtés par la gardienne ivoirienne. De la septième à la douzième minute, Madagascar est revenu à 6-8.

Après un passage à vide de trois minutes, les Ivoiriennes ont remis la machine en marche et les handballeuses malgaches ne sont plus arrivées à marquer qu’un seul but avant la pause. Les deux équipes se sont quittées sur le score de 7-20, fin de la première partie. La deuxième période a été presque la copie parfaite du premier acte. Madagascar a perdu beaucoup de balles tandis que les Ivoiriennes ont réussi plus de 85% de leurs attaques. Durant la seconde période, Madagascar n’a réussi à marquer que 7 buts.

Plus conquérantes

Au niveau du gabarit, la différence ne se voyait pas trop. Les Ivoiriennes, plus techniques étaient plus conquérantes sur tous les compartiments du jeu. L’écart au score s’est agrandi au fil du match, 13-31 jusqu’à 13-38 pour la Côte d’Ivoire. Deux minutes avant la fin de la rencontre, Madagascar a marqué son dernier but et le score final a été de 14-40 pour les Ivoiriennes. Les porte-fanions de Madagascar ont montré trop de lacunes.

Le temps leur a manqué pour jouer ensemble avant le début de la compétition à Dakar. Ce n’est pas une excuse mais tout est question d’argent, un gros handicap pour la grande majorité des fédérations sportives de Madagascar, et le handball en fait partie . Le dernier rassemblement remonte au mois de juillet lors d’un stage à la Réunion. Les filles ont montré leur envie de bien faire mais il fallait accepter l’évidence. Nos adversaires ont bien préparé cette joute continentale.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Bien sûr qu’il faut du temps et de l’argent pour se préparer; mais faire ce travail pour toute une équipe de hand (au moins une vingtaine de joueuses à sélectionner, entraîner en stage, faire compétir à l’extérieur avec tout ce que cela comporte comme moyens!), c’est différend lorsqu’il s’agit de sports individuels. La détection et la formation de jeunes sportifs vers le haut niveau est plus facile. Notre pays doit cibler les sports qui nous ferons briller sur le plan international. Ce ne sera jamais le cas en sports collectifs (sauf en sélection des joueurs malgaches d’Europe ou de France, juste pour être au niveau continental). Encore une fois (et Roger Henri l’avait compris), nos jeunes peuvent éclater en athlétisme courses, en lutte, en boxe, en judo, en haltéro, … à condition d’avoir fait auparavant un bon travail de détection et de formation (avec l’aide d’un ou deux experts).Cela coûtera moins cher que t’envoyer des joueuses à Dakar par exemple !!!