Accueil » Economie » EXPORTATION – Des bâtons dans les roues de la filière litchi
A la une Economie

EXPORTATION – Des bâtons dans les roues de la filière litchi

Une nette amélioration de la production et des produits a été constatée.

À l’aube de l’ouverture de la campagne de litchi, des requêtes déposées par Transparency International Initiative Madagascar au PAC et à Paris secouent la filière.

Un coup bas. C’en est un. Les requêtes déposées au PAC et à Paris par Transparency International Initiative Madagascar pour dénoncer des possibles faits de malversations semblent avoir un objectif précis. Prise juste avant l’ouverture de la campagne nationale de litchi, l’initiative de Transparency International Initiative Madagascar aura sans doute des impacts sur le déroulement des opérations.

Qui a donc intérêt à couler la filière à un moment où les efforts consentis pour la mettre aux normes internationales commencent à porter leurs fruits? Transparency international Initiative Madagascar préconise de retirer au Groupement des Exportateurs de Litchi (GEL) le rôle d’organiser les campagnes. Il faut savoir que la création du GEL a été établi par deux arrêtés ministériels sous deux gouvernements différents. D’abord un arrêté du 16 novembre 2006 signé par un secrétaire d’Etat et sept ministres. Puis le 9 septembre 2011 un arrêté signé par quatre ministres.

Après des années où l’ anarchie avait régné dans toute la filière depuis la production à l’exportation en passant par la collecte et le traitement, l’arrivée du GEL a permis de mettre de l’ordre dans la filière. Pour améliorer la production, le GEL a encadré les planteurs, remplacés les pieds vieillissants. Le GEL a pour objectif de professionnaliser la filière afin de répondre aux exigences de l’Union Européenne (certification Globalgap-Grasp, Fairtrade, Rain Forest Alliance, Smeta, Haccp…). Parmi ces exigences figure la traçabilité des produits. Le GEL assume parfaitement cette condition maintenant.

Grace à l’encadrement du GEL une nette amélioration de la production et des produits a été constatée. Ainsi si l’Europe absorbe la majeure partie de l’exportation limitée à environ 17 500 tonnes, d’autres débouchés existent désormais à l’instar de Mayotte, Dubai, Russie, Pakistan, Singapour, Malaisie, Égypte pour 3 500 tonnes supplémentaires. Tout cela nécessite du financement et de la logistique. C’est ainsi que le GEL a désigné en Assemblée générale la société The Litchi Trading Company, qualifiée de structure opaque par Transparency International Initiative Madagascar, pour assurer la pérennisation des financements et stabiliser la filière.Il s’agit surtout de préfinancement de la campagne et de la logistique nécessaire.

Le GEL n’est pas la seule victime de cette attaque soudaine à l’aube de la campagne. Le produit est également atteint au plan international et par extension les producteurs, les collecteurs, les transporteurs, les travailleurs saisonniers et les artisans. Du beau monde en somme. On espère que la justice fasse la lumière sur cette affaire pour ne pas léser des milliers de personnes qui vivent par et pour le litchi.

4 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Ne pas se méprendre et se laisser entrainer par ces lignes journalistiques sur l’objectif réel de la plainte déposée par cette ONG auprès du PAC Paris..il s’agit bien de dénoncer l’opacité et des opérations suspectes dans cette filière justement pour la rendre « propre ».
    Et le PAC PARIS a surement plus de moyens d’actions/sanctions que les organismes locaux malheureusement toujours bloqués par les politiques gasy.
    Une telle action devrait être également menée sur les filières épices surtout la vanille !!!
    Cher journal vous aurait encore des « unes partisanes » à publier ………

    • Il ne faut pas s’y méprendre car il y a réellement un CARTEL de la filière LETCHI et de la VANILLE … Un monopole nauséabond pour les quotas d’exportation au sein du GEL est bien une réalité . Un oligargue archiconnu proche du président de la république est au centre de toutes les magouilles et cette société OFFSHORE comme écran à l’île Maurice est une pratique mafieuse dans un circuit de blanchiments ..

      • Ce GEL est un vivier de corrompus intouchables et cet acharnement à le défendre est scandaleux ! On attend du PAC et du parquet national financier à Paris un vrai coup de pied dans la fourmilière et avec le … soufre !