A la une Faits divers

Palais d’Iavoloha – La foudre ravage le Cercle mess militaire

Le lieu de réception de la garde présidentielle a été la proie des flammes hier. En s’abattant sur le bâtiment, la foudre a engendré un grave incendie.

Une vague de panique a secoué les environs du palais présidentiel d’Iavoloha, hier en fin d’après-midi. Aux alentours de 16h 30, alors qu’il pleuvait des cordes dans le centre ville et ses périphéries, une foudre s’est abattue sur le Cercle mess militaire de la garde présidentielle, une infrastructure d’envergure destinée à accueillir des événements festifs.

D’après les informations recueillies, la foudre a provoqué un court-circuit qui a eu pour effet d’engendrer un incendie, mais aucun blessé n’est, en revanche, à déplorer. Les soldats du feu ont livré bataille contre les flammes pendant près de deux heures. De source auprès du centre opérationnel auprès de la caserne des sapeurs-pompiers de la Commune Urbaine d’Anta­nanarivo (CUA), les soldats du feu ont très vite pris le contrôle de la situation.

En revanche, il ne sont venus à bout de l’embrasement que dans la soirée aux alentours de 20 heures. Le bâtiment est complètement calciné avec du matériel qui se trouvait dans la salle de réception ravagée par les flammes. Il a fallu mobiliser plus d’une trentaine d’hommes et quelques fourgons pompe-tonne pour lutter efficacement contre l’incendie.

Grave situation

Une équipe de sapeurs-pompiers est détachée au palais présidentiel d’Iavoloha, mais l’ampleur du sinistre dépassait sa capacité. L’envoi de renfort depuis la caserne de Tsaralalàna était décisif. Ainsi, deux fourgons pompe-tonne ont été envoyés à la rescousse avec l’effectif humain nécessaire, mais ils ont été considérablement retardés par les embouteillages. Malgré ce déploiement, les secouristes ont eu fort à faire.

Informée de la situation, la gendarmerie nationale a, de son côté, fait ce qui relevait de son ressort face à la situation. Des éléments ont recueilli les informations nécessaires et établi un rapport.

L’identification de la cause de l’incendie sera déterminante de la suite de l’enquête, ainsi que les procédures judiciaires y afférentes. La compagnie nationale en charge de l’approvisionnement en eau et électricité (JIRAMA) a, pour sa part, dépêché une équipe d’intervention d’urgence pour couper l’alimentation du courant et écarter ainsi, d’autres dangers potentiels.