Océan indien

Comores – Législatives : L’opposition appelée à participer

Nouvel appel du président Assoumani aux dirigeants de l’opposition. Il leur invite à prendre part aux élections, prévues au début de l’année prochaine.

Le président comorien Azali Assou­mani a appelé l’opposition à participer aux élections législatives prévues début 2020 et qu’elle menace de boycotter à moins que ses exigences, notamment de transparence du scrutin, soient remplies.

«Mon souhait le plus ardent est qu’ils (l’opposition) viennent participer à ces élections car nous avons beaucoup à faire» sur le plan législatif, a déclaré le président Azali dans une interview diffusée mercredi soir sur la chaîne de télévision France 24.

«Ils ont boycotté le référendum (en juillet 2018), ils sont venus aux élections présidentielles (en mars 2019), ce que j’ai beaucoup apprécié, je les en remercie», a-t-il ajouté.

Le référendum constitutionnel a renforcé les pouvoirs du président Assoumani, notamment en l’autorisant à accomplir deux mandats successifs au lieu d’un. Quelques mois plus tard, le chef de l’État sortant a été réélu à la tête du pays, lors d’un scrutin entaché, selon l’opposition et des observateurs internationaux, de fraudes.
L’opposition comorienne a conditionné sa participation aux législatives de 2020 à plusieurs exigences, notamment le vote de la diaspora et la garantie de scrutins «transparents, libres et démocratiques».

Refus public

Mais le président Azali a refusé publiquement de répondre à ces demandes, se bornant à dire sur France 24 que «ce serait un plaisir» que l’opposition participe aux législatives. Il a en outre de nouveau rejeté les accusations de fraude lors de la présidentielle. «Les élections se sont très bien passées (…). Je n’ai jamais vu une campagne aussi bien se passer», a-t-il affirmé.

Interrogé sur l’objectif de la France d’expulser vingt cinq mille personnes de l’île de Mayotte, que revendique l’Union des Comores, le président Azali s’est dit «attristé».

«Il y a des Comoriens à Paris, à Marseille (sud de la France), pourquoi des Comoriens ne peuvent pas être à Mayotte? Voilà le paradoxe !», a-t-il estimé.

Situé à soixante dix kilomètres de l’île comorienne d’Anjouan, Mayotte fait figure d’eldorado pour les Comoriens, qui tentent, souvent au péril de leur vie, la traversée.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter