Faits divers

Anosibe – Un nourrisson meurt percuté par un 4×4

Un bébé de 2 ans est mort heurté par un tout-terrain, hier après-midi, à Anosibe. Emportée, la foule a failli brûler le véhicule.

Atterrant. Un bébé de 2 ans, de sexe féminin, a péri après avoir été fauché par un 4×4 de marque Hyundai Terracan, hier peu avant 15h 30, à Anosibe, non loin du rond-point menant à Namontana. La police a dû dégager rapidement le véhicule du lieu par peur du courroux des gens. Elle a fait monter la victime à bord et l’a escorté jusqu’à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andria­navalona (HJRA) où est déposé la dépouille.

Le 4×4 allait rentrer dans une cour quand elle a broyé le nourrisson près du portail. « Le conducteur n’aurait pas vu l’enfant qui a, déjà, échappé à la surveillance de ses parents. Il avançait lentement et s’est arrêté quand les riverains ont crié en apercevant la victime à terre et inerte », relate un témoin présent sur place.

Sécurisation

Sur le moment, l’automobiliste s’est attiré la foudre des passants et riverains qui ont encerclé sa voiture. Certains d’entre eux ont déjà menacé de mettre le feu à l’Hyundai, selon les informations de la police.

Dans la cohue et les policiers débordés par la sécurisation, le père de la toute- petite gémissait en posant sa chère sur le siège du 4×4. « Jusque là, nos éléments n’ont eu le temps de dresser, de suite, le constat ni interroger quelqu’un pour connaître les véritables circonstances du drame. Après avoir évacué le tout-terrain, ils sont toujours restés devant la maison du chauffeur pour empêcher toute tentative de déchaînement », explique un policier au commissariat de la Sécurité publique du cinquième arrondissement. Heureusement que la sécurisation s’est bien déroulée et qu’aucun autre incident ne s’est produite.

Arrivé à l’HJRA, le bébé a encore été passé au service des urgences avant d’être transféré à la morgue. « Il aurait gravement été touché à la partie supérieure. Je ne vois pas de fracture ouverte sur lui », décrit un agent à la chambre mortuaire, rapidement contacté et interrogé à propos de la défunte.

La brigade des accidents (Bac) auprès du commissariat central se charge de l’enquête. Ce service était encore en train de se renseigner sur ce qui s’est réellement passé en fin d’après-midi.

En l’espace d’une semaine, deux enfants ont trouvé une mort tragique dans des accidents de la circulation dans la capitale. L’imprudence des parents a été évoquée.