Accueil » Régions » Kraoma – Un plan de redressement en coulisse
Régions

Kraoma – Un plan de redressement en coulisse

Kraoma devrait saisir la prochaine flambée de la demande de chromite sur le marché international.

Quinze mois que la société Kraoma ne tourne plus. Les revendications étaient surtout axées sur le salaire non payé et rarement sur le fond du problème. Aussi, un comité de redressement regroupant des cadres et d’anciens cadres a-t-il vu le jour. Il propose de faire refonctionner la société avec les moyens du bord. « Des salariés et membres de ce comité de redressement ont connu des crises qu’a déjà traversées Kraoma. Celles de 1983, de 2002 et de 2009. Mais la société a toujours pu sortir sa tête de l’eau. En attendant des partenaires sérieux, il est possible de reprendre les activités » explique une source au sein de la société.

Pour démarrer, Kraoma pourrait transformer les 10 000 t de chrome en stock à Brieville. Une transformation qui nécessiterait quelque 600 000 dollars. Mais une avance sur achat par un partenaire commercial n’est pas impossible. Sur un moyen terme, 7 millions de dollars seraient nécessaires à la mise en œuvre du plan de redressement. Au début, le comité a pensé à utiliser un crédit du plan Marshall mais la proposition, semble-t-il, n’a pas encore eu l’aval d’en haut lieu. « Ces propositions ont déjà été avancées à tous les échelons hiérarchiques. Des pourparlers se tiennent encore et il y a grand espoir » ajoute le salarié.

En parallèle le DG de Kraoma aurait également déjà avancé cinq dossiers pour sauver la société, mais laissés sans suite auprès des instances supérieures. Une information qui n’a pas pu être confirmée par le DG vu qu’il préfère ne point communiquer pour le moment.

Un ultimatum de 72 heures lui a été lancé par le personnel de Kraoma. C’était déjà il y a une semaine. Le DG a été sommé de trouver de solutions au blocage sans quoi il devrait déposer sa démission au bout de 72 heures. « Il a dit ne pas avoir la solution alors qu’il est le premier responsable de l’exécution de la mission ordonnée par le CA » informe un salarié à Brieville. Comme carte maitresse Nirina Rakotomanantsoa, DG de Kraoma, a critiqué la composition actuelle des délégués du personnel. Le mandat de ces derniers aurait expiré. L’élection de nouveaux délégués n’a pu se dérouler en raison du confinement. La convocation de l’inspection du travail a encore été adressée aux délégués actuels. Cette médiation a abouti à « une non conciliation », ce qui veut dire que le litige dans le non-paiement de salaire depuis décembre 2019 va monter au tribunal.

Par ailleurs, la division entre les salariés commence à se faire sentir. Il y a ceux qui optent pour le maintien du DG, ceux qui sont décrits comme mercenaires du DG, ceux qui sont pour le redressement de Kraoma et ceux qui ont tenté d’exploiter illicitement de l’or dans les carrés miniers de Kraoma.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi