Accueil » A la une » Antsohihy – L’éducation au premier plan
A la une Politique

Antsohihy – L’éducation au premier plan

Rehausser  les  valeurs  de  l’éducation  est  l’un  des  Velirano  du  président de  la  République  Andry  Rajoelina.

L’éducation a occupé une place prépondérante dans la tournée présidentielle à Antsohihy. Andry Rajoelina a remis des kits à la Zap d’Anahidrano.

Remettre sur orbite l’éducation. C’est l’un des Velirano du président de la République Andry Rajoelina. Un engagement qu’il a pris lors de la campagne présidentielle et qu’il concrétise dès son arrivée au pouvoir grâce à une politique de vulgarisation du matériel didactique et la construction d’École manarapenitra. Hier à Antsohihy, ville natale de Philibert Tsiranana premier président de la République, à l’occasion du 62ème anniversaire de la République, Andry Rajoelina a tenu à mettre l’éducation aux premières loges de sa visite. Il a remis tabliers, cartables, cahiers, trousses, gourdes, rakibolana et livres à la Zap d’Anahidrano.

Le président Philibert Tsiranana, instituteur de formation et chantre de l’éducation aurait apprécié. Le père de la République a mis l’éducation à la première place de ses préoccupations. Les enseignants étaient particulièrement choyés. Un statut qui a périclité au fil des années.

Remède

Le niveau des élèves décroît d’une année à l’autre et ne cesse de dégringoler. « L’éducation est malade. Il faut lui trouver un remède » a reconnu le Président. Il a mis tout de suite la main à la pâte.

Ainsi, un million cinq cent mille Rakibolana ont été distribués depuis un an à toutes les écoles et à tous les élèves. Les vingt-trois Dren et les cent-quatorze Cisco sous tutelle du ministère de l’Éducation nationale se sont vus doter de rakibolana et de livres didactiques. Près de six millions de livres de mathématiques, de malagasy et de français pour les classes T1, T5, et T9 ont été distribués. La qualité des livres est excellente. Des efforts colossaux sont ainsi consentis pour rattraper un retard de plusieurs années.

Après la première République, les écoles n’ont plus été dotées de livres et de dictionnaires. L’État essaie aujourd’hui de remettre les choses à leur place. Les droits d’inscription ont été supprimés. Le salaire des endettés FRAM a été pris en charge par l’État. Quarante mille enseignants FRAM ont été recrutés.

Antsohihy ne sera pas le dernier district qui aura droit aux dotations présidentielles. Tous les districts seront traités sur le même pied d’égalité.

Les résultats de tous ces efforts se feront sentir d’ici quelques années à travers le taux de réussite aux examens. Il appartient désormais aux responsables d’établissement et aux enseignants de prendre bien soin de ce matériel pour qu’il puisse servir plusieurs générations.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi