Régions

Vakinankaratra – Objectif « Zéro rage »

L’éradication totale de la rage fait partie de l’objectif inscrit dans le programme du ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche. Quatorze cas de rage en 2017, la région Vakinankaratra n’en a enregistré que deux en 2018, et une seule victime pour cette année. Ce grâce à l’effort effectué par la direction régionale de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, en collaboration avec l’association des médecins vétérinaires du Vakinankaratra (ADOVVA) qui ne cesse de promouvoir la lutte contre cette maladie virale depuis 2017.

Consciente des dangers que cette maladie, qui se transmet par la morsure ou les griffures d’animaux, présente pour la société, l’association des docteurs vétérinaire a adopté la politique de proximité par le biais de la campagne de vaccination antirabique gratuite depuis maintenant trois ans.

Après celle qui a été ouverte officiellement, vendredi dernier, à la place de la Culture d’Antsirabe, lors de la cérémonie de célébration au niveau national de la Journée mondiale de la lutte contre la rage, la campagne de vaccination des animaux de compagnie dans la région Vakinankatratra va se poursuivre dans les sept districts de la région pendant une période de deux mois.

« L’animation et la sensibilisation des gens sur l’importance de la vaccination de ces mammifères font partie de notre responsabilité citoyenne, dans l’objectif d’éradiquer la rage qui menace la vie des animaux et des hommes », a spécifié le docteur Honoré Rasamimanana, président de l’ADOVVA.

Plus de trois cents chats et chiens domestiques ont été ainsi vaccinés durant cette célébration nationale de la lutte contre la rage à Antsirabe. Un concours de beauté de chiens et une démonstration de dressage d’animaux de compagnie ont été également organisés, vendredi dernier. Il s’agissait, entre autres, de sensibiliser les Antsirabéens à prendre soin des animaux.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter