Accueil » Editorial » Les vieux du stade
Editorial

Les vieux du stade

A 36 ans le Portugais Cristiano Ronaldo court comme un lapin et a déjà marqué trois buts en deux matches au profit de son ancien nouveau club Manchester United. A 36 ans le Serbe Novak Djokovic a frôlé un record historique de vingt et une victoires dans les tournois du Grand Chelem mais il a craqué en finale de l’US Open de tennis où le public de Flusing Meadows l’a fait fondre en larmes au troisième set. Eh oui, c’est un champion qui semble résister à toutes les émotions un peu comme l’ancien champion tchèque, Ivan Lendl dont la flegme est légendaire, mais c’est avant tout un humain animé par un cœur naturel. Avec eux, les deux autres phénomènes du tennis ne sont guère bien jeunes. La Majorquin Rafael Nadal a 36 ans alors que le Suisse Roger Federer a 40 ans bien sonnés. Aucun d’entre eux n’a jamais annoncé vouloir partir à la retraite. Il en va de même de Cristiano Ronaldo et de Lionel Messi qui a 34 ans. Le Suédois Zlatan Ibrahimovic joue encore comme un gamin à 40 piges. De même que le Brésilien Dani Alves qui est en train de revenir au Barca à 38 ans.

L’espérance de vie active des sportifs semble avoir été rallongée. Ce qui est paradoxal étant donné que le nombre de compétitions, la détérioration de l’atmosphère, l’alimentation et d’autres facteurs devraient la raccourcir. A ce rythme on peut espérer voir encore Nadal soulever le saladier à Roland Garros pour la vingtième fois à 45 ans. Ou voir Messi ou Ronaldo décrocher un dixième ballon d’or à 50 ans. Ce qui n’est pas si sûr. A moins que la FIFA crée un Mondial des plus de 50 ans.

Tout à l’opposé de cette gérontocratie, la classe biberon a également fait parler d’elle à l’US Open de tennis. La B ri tannique Emma Raducanu, 18 ans, issue des qualifications a réussi un parfait hold-up en gagnant le tournoi sans perdre un set apportant un vent de fraîcheur tout comme la finaliste, la Canadienne Leylah Fernandez, 19 ans. Elles ont montré qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter d’une présidence à vie des vieux du stade. L’alternance démocratique est une réalité implacable dans le sport. A la place des coups d’Etat, on a des coups d’éclat comme la victoire de Raducanu.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter