Accueil » A la une » Désobéissance civile – La gendarmerie fait un mort à Antsirabe
A la une Faits divers

Désobéissance civile – La gendarmerie fait un mort à Antsirabe

La gendarmerie nationale a ouvert une enquête approfondie pour faire la lumière sur cette affaire.

Des individus en furie se sont déchaînés sur deux gendarmes qui allaient procéder à l’arrestation d’un forcené. En tirant des coups de semonce, les militaires ont touché deux personnes.

ENTRE bavure militaire et désobéissance civile. Une onde de choc s’est abattue dans le village de Tsarahonenana à Sahanivotry Antsirabe. L’interpellation d’un forcené a fait deux victimes innocentes. Une jeune femme de trente-et-un ans a trouvé la mort lorsqu’un gendarme de deuxième classe et son collègue ont tiré des coups de semonce alors que des individus prêts à en découdre se sont déchaînés sur eux. Une autre personne, âgée de dix-huit ans, a été elle aussi frappée de projectiles. Ayant eu plus de chance, celle-ci a survécu tant bien que mal.

Sur ces entrefaites, l’un des gendarmes est tombé entre les mains d’une foule furieuse tandis que son frère d’arme à réussir à s’échapper. Il a fallu attendre quelques heures pour que le gendarme capturé puisse rejoindre sa caserne. Grâce à la protection d’un notable, ce dernier a été épargné par les individus en furie qui s’étaient saisis de lui. Son arme de service lui a également été remise intacte.

Hors de contrôle

Cette échauffourée s’est produite mercredi. En début de matinée, le chef du fokontany de Fierenana a joint au téléphone le poste avancé de la gendarmerie nationale de Tsarahonenana pour signaler une menace de mort. Un individu réputé violent s’était emparé d’une arme blanche avec laquelle il avait menacé une femme. Face à cette situation, le chef fokontany a prévenu le poste avancé qui a d’emblée dépêché les deux gendarmes de deuxième classe impliqués dans cette affaire épineuse. A leur arrivée sur les lieux, une débandade s’est produite. Des individus se sont joints au forcené qu’ils allaient arrêter pour ensuite leur tenir tête. Désemparé, l’un des gendarmes a fait parler la poudre pour se replier lorsque le situation s’est avérée hors de contrôle. Cerné, son compagnon n’a trouvé aucune issue.

Informés de cet incident, le commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Antsirabe s’est dépêché sur place avec le commandant de brigade. Une enquête est ouverte.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi