Accueil » Editorial » Self service
Editorial

Self service

Le buffet est servi. À la Jirama, on a une bonne suite dans les idées. Après la double facture du mois de juin dont la responsabilité a été imputée à quelques employés indélicats, la Jirama se décharge désormais du relevé de la consommation d’eau et d’électricité de ses abonnés. Ces derniers doivent désormais noter chaque mois, les chiffres indiqués sur leur compteur, et soit les envoyer à un numéro vert, soit les communiquer à une adresse mail, soit les ramener à l’agence de la Jirama.

En fait, c’était déjà le cas ces deux derniers mois. Les releveurs ne viennent plus et les abonnés doivent non seulement rapporter les indications du compteur mais aussi aller chercher la facture à l’agence de la Jirama. C’est peut-être dû au fait que selon un syndicaliste de la Jirama, membre du conseil d’administration, des releveurs ont succombé au coronavirus et qu’il ne fallait plus les laisser entrer pour éviter tout risque de contamination.

La Jirama semble avoir repris la balle au bond. Elle réduit ses charges avec la mise au chômage des releveurs dont il faut assurer le transport pour faire le tour de plusieurs quartiers dans les périphéries des grandes villes. On ignore si les frais de déplacement des abonnés seront débités sur la facture. Dans tous les cas, cette nouvelle procédure est fastidieuse pour les abonnés avec la longue file d’attente dans les agences et les risques que les chiffres envoyés ne soient pas enregistrés ou que ceux enregistrés soient différents de ceux qui ont été envoyés. Quand on sait que des employés se sont amusés à majorer les dernières factures, on peut s’attendre à tout.

Si le système n’est pas au point, on risque d’avoir une avalanche de réclamations. Entre les envois par téléphone, les communications par mail et les chiffres reçus aux agences, il faudra une sacrée coordination pour se retrouver. Mais d’un autre côté, les abonnés peuvent également en profiter en mettant les chiffres qu’ils veulent sans aucun contrôle pourvu qu’ils soient cohérents avec le dernier relevé. Le seul risque est de se voir infliger une facture d’avoir en cas de contrôle inopiné.

La meilleure solution reste le compteur intelligent qui peut enregistrer automatiquement la consommation et la Jirama n’a qu’à établir la facture à l’instar du téléphone fixe. Il faut dire qu’avec l’augmentation du nombre d’abonnés et l’agrandissement des villes, les releveurs étaient appelés à disparaître un jour ou l’autre. Le coronavirus a précipité la fin de leur existence. Reste à savoir si le moment est opportun pour les relever de leur service.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi