Accueil » A la une » Fianarantsoa – Une fillette violée meurt
A la une Faits divers

Fianarantsoa – Une fillette violée meurt

La police est saisie de l’enquête.

Une petite fille aurait été violée par son beau-père, à Fianarantsoa, lundi soir quand sa mère était absente. Elle a rendu l’âme le lendemain.

UNE fillette est décédée suite à un viol, à Ivory Avaratra, dans la ville de Fianarantsoa, mardi. Elle aurait été abusée sexuellement par son beau-père, lundi soir entre 18h et 19h30.

La pauvre innocente aurait eu 8 ans le 31 juillet. D’après les renseignements officieux, sa mère était absente au moment des faits. La femme est allée s’approvisionner en eau et nourritures lors du viol de sa fille.

À la maison, la fille était silencieuse. Sous les menaces de son bourreau, elle n’osait rien raconter à sa mère. Celle-ci a finalement remarqué des comportements inhabituels. Au cours de la nuit, l’enfant a fait ses besoins trois fois et vomi. Elle a réveillé l’homme, mais il restait indifférent. Après des heures de fatigue et de douleur, la fillette a succombé, mardi après-midi.

Interpellé

« Quand on a lavé la dépouille, sa partie intime, son nez et ses oreilles ont saigné », raconte une source avisée.

Un drap taché de sang et des matières fécales a été trouvé dans la maison. Informés des faits, le commissaire Justin Rasolon­drazana et ses policiers se sont rendus sur les lieux. Suite aux constatations, ils ont arrêté le présumé pervers. Dans la soirée, un autre homme qui serait son coauteur a également été interpellé. Les deux principaux suspects ont été placés en garde-à-vue. Leur interrogatoire suit son cours.

Les habitants d’Ivory Avaratra s’en remettent à la police nationale. Celle-ci n’a rien ébruité, hier, malgré plusieurs tentatives d’éclaircissement sur l’affaire.

« C’est le commissariat central qui en est saisi », confie la police des mœurs et de la protection des mineurs.

« Nous pouvons seulement vous dire que l’enfant a complètement été endommagée. Nous sommes au cœur de l’enquête », déclare une source judiciaire hier soir, sans donner d’autres détails.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter