Faits divers

Trafic de drogue – Un Tanzanien arrêté à Ivato

Un Tanzanien a emmené dans son bagage six kilos d’héroïne hier. La Douane améliore sa lutte contre les trafics de stupéfiants.

C’est la troisième fois que le Tanzanien attrapé hier avec six kilos d’héroïne est de passage à Madagascar. En 2014 et 2015, il a passé entre cinq et sept jours dans le pays. Mais le scan à l’aéroport international d’Ivato l’a « trahi » et l’a envoyé passer quelques temps en mandat de dépôt depuis hier, en attendant les issues de son enquête. « Le Tanzanien n’a emmené qu’un seul bagage à main. L’héroïne de six kilos et quatre cent soixante cinq grammes a été cachée dans la doublure de la valise. Le scanner a détecté du matériau dans la valise. Les douaniers, après une fouille manuelle, ont constaté la présence de drogue », a expliqué le directeur général de la Douane, Ernest Lainkana Zafivanona, arrivé sur les lieux. La doublure contient, dans son fond, un genre de planche sur laquelle a été adossé le stupéfiant emballé. Le tout a été saupoudré par de l’essence de vanille pour que l’odeur de l’héroïne ne se sente pas.
« La Douane fera tout pour déjouer toute sorte de trafics de drogue sortant et entrant à nos frontières. Les scanners sont des outils permettant la détection, mais il y a surtout la circulation des renseignements et le profilage des passagers ou opérateurs laissant accentuer le doute. Il est temps d’arrêter de considérer Madagascar comme une plaque tournante du trafic dans l’océan Indien et en Afrique Australe», ajoute le DG de la Douane.

Destruction
L’héroïne est passée sous un testeur « Trunarc » pouvant détecter jusqu’à 326 types de drogue. Et les résultats ont été positifs. C’est seulement après le test concluant que le Tanzanien a commencé à trembler. « On m’a donné le bagage à mon hôtel. Je ne savais pas qu’il contenait de la drogue». L’Africain est déferré ce jour et l’affaire est entre les mains du Pôle anti-corruption (PAC). La drogue saisie hier à l’aéroport a été détruite à Andranotapahana en présence du procureur du PAC. « Vu le fort prix de ce genre de produit, il est quelque peu difficile de stocker ces héroïnes saisies. Raison pour laquelle nous avons tout de suite procédé à la destruction », souligne le représentant de la justice. « La vigilance et la perspicacité des agents de la Douane, jouent également un grand rôle dans cette lutte contre les trafics. L’enquête suit son cours afin de déterminer d’où vient le produit. En tout cas, le nom du Tanzanien a déjà été envoyé aux directions des douanes des régions de l’océan Indien afin de voir s’il est déjà fiché quelque part. Tout une stratégie est améliorée pour que la Douane ne soit plus qualifiée de passoire», rassure Ernest Lainkana Zafivanona.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • C’est le seul moyen pour les administrateurs malgaches de ne pas passer sous la trappe des trafiquants par corruption. La destruction immédiate avec juste la quantité infime d’échantillonnage à garder est la meilleure solution.
    Et même avoir une bouche d’égout (vitré) spéciale dans les aéroports et les douanes pour le diluer et l’évacuer devant tout le monde serait aussi une solution. Impossible de faire la pression sur quelconque personne.

    Bien que ces produits à condition d’être médicalisés sont vendus dosés et sous-surveillance en pharmacie ou dans les hôpitaux. Madagascar vient d’épargner la douleur, la souffrance, la misère cumulative à des familles fragiles, et même l’instabilité sociale de tout le pays des Sud aux Nord en passant par les centres.

    Merci