Politique

Opposition au régime – Ravalomanana joue le trouble-fête

L’ancien président est galvanisé par ses troupes à l’issu du congrès national du TIM samedi.

Marc Ravalomanana n’entend pas laisser le champ libre aux tenants du pouvoir pour mener le pays à leur guise.

Le régime Rajoelina est averti. Il aura une opposition particulièrement active et déterminée en face de lui pour surveiller ses faits et gestes et dénoncer ce qui ne va pas dans la gestion du pays. C’est l’un des principaux messages envoyés par Marc Ravalo­manana, samedi lors du congrès national de son parti, le Tiako i Mada­gasikara (TIM), qui a pris fin samedi au Magro Tanjombato. Devant les milliers de partisans venus de tout le pays et les députés nouvellement élus sous les couleurs du parti, l’ancien chef de l’État et président national du TIM a donné la consigne à ses troupes, notamment les parlementaires, de prendre leur responsabilité et d’agir pour dénoncer ce qui ne vas pas dans les agissements du pouvoir.
« Ces parlementaires recevront des formations y compris à l’extérieur et bénéficieront de conseils de techniciens étrangers pour pouvoir jouer pleinement leur rôle d’opposants, pour qu’ils puissent dire et dénoncer ce qui ne va pas pour le bien de la population et du pays », déclare Marc Ravalo­manana qui semble avoir retrouvé toute sa verve à
l’issue de ce congrès. Le TIM semble ainsi vouloir prendre très au sérieux le rôle d’opposition au régime Rajoelina comme il l’avait déjà déclaré officiellement il y a quelques jours. D’ailleurs, le congrès a été justement destiné à apporter quelques réajustements par rapport à cette nouvelle mission que le parti s’est assigné.

Changements
Parmi les changements figure la réduction du nombre de vice-présidents de six à deux avec des tâches bien distinctes assignées à chacun d’eux. Ainsi, le premier vice-président s’occupera uniquement des questions politiques tandis que le deuxième se chargera des affaires socio-économiques et du développement.
L’autre nouveauté concerne également la mise en place d’un responsable des relations publiques qui sera également le porte-parole du parti. Les jeunes et les femmes tiendront également une place particulière dans cet organigramme tandis que les antennes au niveau des régions, des communes et des fokontany sont maintenues.
« Le vice-président politique va étudier les orientations politiques que le parti doit suivre, le vice-président socio-économique va être en relation avec les institutions et à l’écoute de la population pour identifier ce qui ne va pas et de les transmettre ensuite aux parlementaires. Le président, moi, se charge des relations internationales et avec les partenaires », explique l’ancien président de la République.
Mais une des décisions attendues lors de ce congrès concerne également le candidat du TIM pour la capitale pour les prochaines élections communales.
Maitre Hanitra Razafi­manan­tsoa n’y est pas allé par quatre chemins en demandant publiquement à Ravalo­manana à être le candidat du parti à Antananarivo. Mais ce dernier a préféré faire durer le suspense en déclarant que c’est une question qui mérite encore réflexion tout en affirmant que cette éventuelle fonction ne l’empêcherait pas d’être le chef de l’opposition « puisque rien n’interdit le cumul des deux fonctions ».

7 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Mais il est qui à oser menacer le président à sa gouvernance??? est ce qu’il est normal ou quoi? comme il se suppose encore et encore d’être l’autoritaire de la nation alors qu’il est deja rejeté par le peuple malagasy; put-être que la vie est devenue plus en plus dure pour lui et il n’a plus le contrôle à sa façon!! n’importe quoi!!!

  • tsy hiady ny hirosoany firenena fa hanohitra ny oataon’ny fanjakana misy !! adim-pahefana fa tsy mikatsaka ny tombotsoa ny vahoaka dia ny fapandrosoana anaty filaminana

  • donc je dirais que le TIM ne va pas battre pour le développement du pays et les choses qui en parviens,mais leur objectif primordiale est de suivre chaque geste du président Andry Rajoelina,alors leur importance est d’avoir tout simplement le pouvoir et pour l’Etat,il faut en méfier car le trouble va venir,est cela montre son comportement du contradictoire dans la vie politique envers la soutenance de notre équipe nationale

  • Comme si personne n’avait peur de lui il vient menacer le gouvernement ! Non mais il se prend pour qui ! Si ravalomanana est fort et bien qu’il gagne à chaque élection non perd et là tout le monde aurait peur de lui ! Avec tout simplement 16 député il vient et osent provoquer le régime Rajoelina qu’il se prépare encore une fois au défaite parce que le gouvernement ne vas jamais se laisser avoir par une groupe d’idiot comme le TIM

  • C’est logique dans le monde politique s’il y aurait un opposition , particulièrment à Madagascar, sinon il n’y aura pas de controle ou une entité pour porter les inspirations du peuple. Pour baliser le parti au pouvoir de suivre la bonne route que va dans la direction menant au vrai developpemnt du pays.

    L’existence d’une opposition est très importante, pour aider le gouvernement de gerer bien les biens du peuple et
    d’Admnistrer dans la tranparence et la justice dans toutes le instances , pour l’interet du peuple l’economie nationale.

  • Aleoko lavitra aza mahita hoe tsisy mpanohitra toy izay izy , satria efa fantatra ny azy fa ny fitiavan-tseza no ambony , ka dia vao maika hampiraikitra ny fampandrosoana indray izany

  • C’est toujours ainsi « laFrantsa Renimalala » avec ses « ex-colonies »:arrogante,donneuse de leçons;alors que c’est seulement
    en Afrique qu’elle reste une grande puissance.Il ne faut pas oublier son comportement lors du génocide au RWANDA et de
    son utilité au Sahel surtout au Mali depuis des années contre les Djihadistes.
    Il faut que les « ex-colonies » sortent de leurs naïvetés et compter sur leurs propres forces et intelligences.
    Les grandes puissances nous donnent toujours du poisson mais ne nous apprennent jamais comment il faut pêcher.
    A bon entendeur………