Editorial

Can…cre

Scandaleux. L’organisation de l’accueil des Barea a été tout simplement indigne de la performance de l’équipe nationale. Dès le départ on sentait que çà allait partir dans tous les sens. Tout a commencé par la publication de deux itinéraires différents du cortège des Barea depuis l’aéroport. Le Comité de normalisation du football a retenu le trajet classique Ivato-Route Digue-Mahamasina alors que la Présidence a choisi l’axe Ivato-Tsarasaotra-Ankorondraona -Mahamasina pour aller plus vite avance-t-on. Qui trop embrasse mal étreint. À force de vouloir aller vite, le cortège s’est embourbé dans la foule de personnes qui voulaient voir les joueurs en chair et en os. Une marée humaine telle qu’on n’a jamais vue dans les annales. Une affluence que les organisateurs ont visiblement sous-estimé. Aucune disposition n’a été prise pour assurer la sécurité et pour permettre au cortège d’avancer.
Dès la descente de l’avion, les désordre a régné causant une bousculade et des dégâts matériels. Toute la foule a pu entrer à l’aéroport empêchant toute disposition permettant de dégager la rue. Les joueurs n’ont même pas pu monter dans la voiture prévue pour les emmener. Deux éléments ont été oubliés à l’aéroport et ont dû emprunter un autre véhicule.
Le cortège n’a pas été escorté par des motards comme il se doit et la voiture a bord de laquelle se trouvaient les joueurs n’a pas été encadrée par un cordon humain de la police pour empêcher la foule de s’en approcher. Du coup, les Barea ont mis huit heures pour rallier Ivato à Mahamasina où la cérémonie officielle a été prévue. Stoïques, ceux qui étaient venus pour les voir sont restés tard dans la nuit pour parvenir à leurs fins. Mais ceux qui sont restés chez eux en suivant les retransmissions en direct de la TVM s’en mordaient le doigt et ont fulminé de toute leur énergie. La qualité de la retransmission a été d’une nullité absolue aussi bien au niveau des images que des commentaires. C’était encore pire que la retransmission du défilé du 26 juin qui avait coûté sa place à une prétendue journaliste. Un manque de matériel est avancé par ceux qui ont mis le feu à la TVM en 2009. Un argument fallacieux étant donné que la justesse des commentaires ne nécessite pas un micro électronique. Assainir c’est bien mais on n’écarte pas d’anciens cadres pour faire place à cette médiocrité crasseuse.
À Mahamasina où une foule tout aussi immense qu’à Ivato, Tsarasaotra, Ankorondrano, Analakely… attendait l’équipe, on atteignait également le comble de l’incompétence et de l’imbécilité avec un spectacle exécrable et des propos inappropriés d’animateurs zélés.
Rien n’a été préparé dans les normes pour être à la hauteur de l’événement. Heureusement que la foule serrée comme des sardines à été très sage et disciplinée. Ce qui a évité un drame dans une éventuelle bousculade.
On comprend pourquoi il faut recruter un entraîneur étranger et des joueurs binationaux pour se qualifier. Nous sommes absolument incapables de prendre notre destin en main, de montrer qu’on peut en faire autant que les Barea. On se demande d’ailleurs comment on va gérer l’héritage laissé par l’équipe nationale après ce qui s’est passé. Tout le monde profite de cette euphorie, des bénéfices de ce formidable succès sans avoir une idée précise pour les capitaliser. On s’emmêle les pinceaux à l’image du président de la République devenu recruteur d’entraîneur et bientôt président de la fédération par intérim. Le Comité de normalisation mis en place par la FIFA a du mal à imposer son autorité. Ce qui n’augure rien de bon pour la prochaine élection du président de la FMF. Les dés sont pipés dès le départ avec le système de parrainage des candidats par les ligues. Tous les feux sont à l’orange.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter