Magazine Santé

Épidémie – Déconfinement presque total

Déconfinement presque total, après trois mois de confinement. Le président Andry Nirina Rajoeliana a déclaré, hier, le retour à la vie normale de la population dans tout Madagascar, sauf dans les districts de Toamasina I et II, de FenoarivoAtsinanana, de Moramanga et dans la région Analamanga. Même dans ces zones où l’épidémie de coronavirus continue de sévir, les mesures de déconfinement sont allégées. «Certes, le nombre de personnes infectées augmente. Mais nous pouvons dire que Madagascar maîtrise l’épidémie du coronavirus, par rapport aux autres pays comme le Brésil, les États-Unis et certains pays d’Afrique dans lesquels plusieurs personnes succombent à ce virus quotidiennement», lance-t-il.

Dans la région Analamanga, tous retournent au travail, à l’exception des personnes vulnérables, à savoir, les diabétiques, les asthmatiques et les personnes présentant des problèmes rénaux et d’hypertension artérielle. Les travailleurs indépendants sont aussi autorisés à reprendre leurs activités. L’heure de fermeture a été repoussée à 17 heures, contre 15 heures, il y a quinze jours. Les moyens de transport en commun, quant à eux, s’arrêteront à 19 heures. Dans les districts touchés par l’épidémie dans la province de Toamasina, les sociétés et les entreprises peuvent ouvrir jusqu’à 15 heures, contre 13 heures, il y a deux semaines. Les écoles restent fermées, mais le chef de l’État rassure que les examens officiels auront lieu, cette année. Le couvre-feu est maintenu pour Analamanga, Toamasina I et II, Fenoarivo-Atsinanana et Moramanga, de 22 heures à 4 heures du matin.

En outre, le président de la République a demandé aux transporteurs qui relient les provinces, d’être patients. « Le virus n’est pas mobile. Mais le transport d’une personne infectée vers une autre région peut le propager », précise-t-il.

Certains points restent flous, comme l’éducation. Une source auprès du ministère de l’Éducation nationale souligne que, jusqu’ici, seuls les élèves des classes d’examen continueront à aller à l’école. D’ailleurs, le rassemblement de plus de cinquante personnes demeure interdit, tout comme l’ouverture des espaces de loisirs et de cérémonie.