Océan indien

Comores – Les fidèles d’Azali renommés ministres

Azali Assoumani a été réélu Président des Comores en mars dernier.

Le nouveau gouvernement comorien compte douze ministres et trois secrétaires d’État. Selon l’opposition, c’est toujours le noyau dur d’Azali qui gouverne.

Le président des Comores Azali Assou­mani, réélu en mars pour cinq ans à l’issue d’un scrutin contesté par ses adversaires, a nommé un nouveau gouvernement largement composé de fidèles, malgré ses promesses d’ouverture à l’opposition.

La nouvelle équipe, dévoilée jeudi soir par la présidence dans un communiqué, compte comme la précédente douze ministres et trois secrétaires d’État, dont deux femmes.

Très contestés, Mohamed Daoudou dit «Kiki» et Moha­med Houssein Djamalilail y conservent leurs portefeuilles respectifs à l’Intérieur et à la Justice. M. Daoudou perd toutefois la fonction de porte-parole du gouvernement, confiée au nouveau ministre de l’Économie Houmed Msaidié Ahmed.
Chef de l’État de 1999 à 2006, réélu en 2016, l’ex-colonel putschiste Azali Assoumani a été déclaré vainqueur du premier tour de la présidentielle du 24 mars avec 59,09% des voix.
L’opposition, qui compare son régime à une «dictature», a refusé de reconnaître les résultats en dénonçant, ainsi que la plupart des observateurs, des fraudes caractérisées.

Non-évènement
Dans un souci affiché d’apaisement, M. Azali a gracié le mois dernier dix sept opposants politiques emprisonnés pour des tentatives présumées de déstabilisation du gouvernement. Mais ses offres de dialogue avec l’opposition ont été rejetées.
«Ce gouvernement ressemble comme deux gouttes d’eau au précédent (…) c’est un non-événement», a réagi vendredi le président de l’Union de l’opposition, Mohamed Ali Soilihi.
«C’est toujours le noyau dur d’Azali qui gouverne», a noté auprès de l’AFP un fonctionnaire ayant requis l’anonymat.
«Ce n’est certes pas un gouvernement d’ouverture comme l’aurait souhaité le président, mais c’est parce que l’opposition n’a pas répondu à sa main tendue», a regretté de son côté le secrétaire général de la Convention pour le renouveau des Comores (parti
présidentiel), Yahaya Mohamed Elliasse.
Le président réélu a promis de faire du petit archipel de l’océan Indien, un des Etats les plus pauvres de la planète, un pays émergent d’ici 2030.

© AFP

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter