A la une Economie

Carburant – Rajoelina revient à la charge

Andry Rajoelina devant la presse hier.

Le Président de la République a annoncé qu’il rencontrera les pétroliers lundi pour régler les questions autour de l’énergie qui commencent à trainer dans le temps.

Le ton est donné avant la rencontre entre le Président de la République et les pétroliers. Comme annoncé avant son départ pour Genève, Andry Rajoelina a confirmé qu’il va rencontrer les pétroliers lundi. Au menu des discussions, il y aura l’épineuse question de la structure des prix du carburant et les contrats fournisseurs de la Jirama. Devant la presse en marge du Salon international du Tourisme, le Président de la République a remis son costume de défenseur des faibles revenus face à la facture jugée trop élevée de l’énergie. «Je ne vais pas céder (…) Je vais prendre en considération les intérêts du peuple», a lancé d’emblée le locataire d’Iavoloha. C’est armé des mêmes arguments détaillés durant son discours des cent jours qu’il va se présenter face aux pétroliers.
Non sans tacler ses prédécesseurs, il a ainsi fustigé les contrats signés auparavant, reprenant notamment le cas de la location des groupes électrogènes utilisés par la Jirama, basée sur la puissance installée et non sur la puissance disponible. «Je ne peux accepter que la Jirama soit ainsi détruite. Nous devons relever la Jirama», a-t-il déclaré.

Mauvais rôle
En ce qui concerne la structure des prix, le Président de la République maintient sa position en donnant délibérément le mauvais rôle aux pétroliers. «J’ai déjà dit que le prix de transport déclaré par les pétroliers est trop élevé. La marge qu’ils prélèvent est également trop élevée», a-t-il asséné en ponctuant sur un cinglant, «c’est tout cela qui fait que le prix à la pompe gonfle autant». «L’engagement que je fais au peuple, c’est que le prix à la pompe doit baisser. J’ai tous les documents qui le prouvent. Le prix à la pompe doit baisser !», a déclaré Andry Rajoelina.
Les discussions de lundi s’annoncent décisives concernant ces questions qui trainent depuis les premiers mois du régime. Si la forme

des nouveaux contrats fournisseurs de la Jirama a été attendue depuis le mois de mars, le gouvernement était supposé définir unilatéralement la structure des prix du carburant.
Rien n’a été fait jusqu’ici malgré la volonté affichée par le ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydro­carbures. Les pétroliers ont toujours tenu bon, obligeant le Président de la République à s’impliquer personnellement.

 

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Ce combat est noble car il part sur le principe d’application des marges qui engendrent des profits indécents à ces « requins » de pétroliers . Les taxes de l’état s’avèrent presque insignifiants face à cette cupidité flagrante . Ce n’est pas une question de défense des pauvres par angélisme ou populisme comme on cherche à l’insinuer mais tout simplement « ne pas se laisser faire ». Il est temps de taper sur la table même si le rapport de force ne joue pas en notre faveur . L’opinion dans l’ensemble ne jouera pas les troubles fêtes car c’est le pouvoir d’achat qui est mis en jeu .

  • Rajoelina ne laisse jamais rien lui passé sans la régler… C’est un homme de parole et il sait bien que la diminution de prix des cabs nous aideras beaucoup et c’est aussi une étape très importante…Peut importe les insultes des autres celui-ci ne l’empêchera pas à arrivé à son objectif !