Culture

Bande dessinée – « Gasy Bulles » se refait une jeunesse pour sa 15è édition

Les protagonistes de la bande dessinée présents hier à l’AFT Andavamamba.

Plus riche en rencontres, en partages et en découvertes, le festival Gasy Bulles met en avant les jeunes talents, cette année. Il apparaît plus généreux.

Une quinzième édition qui contribue à un renouveau. Le festival « Gasy Bulles» contribue surtout à l’émergence d’une nouvelle génération des plus prometteuses, pour le 9 ème art malgache.
C’est ainsi que s’est, officiellement, lancé l’unique festival national consacré à la bande dessinée à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) Andavamamba, hier. À travers une programmation très riche, dédiée à un art très populaire dans l’île, l’évènement égayera la capitale jusqu’au 22 juin. Il sera aussi présent à l’IKM Antsahavola, au Centre de ressources des arts actuels de Madagascar (CRAAM) de l’Université d’Ankatso, ainsi qu’à un lieu de détente et d’évasion artistique du côté de Betsizaraina, à savoir « Mafana». À l’appuiToute une farandole d’expositions et d’animations.

Mais le cœur battant du festival se trouve du côté d’Andavamamba, cette année, et l’exposition « Sary cover » qui s’y tient l’illustre parfaitement. Accordant une grande place à la jeunesse, elle y retranscrit à travers des planches de BD les textes du jeune groupe musical Zazadàla. Des compositions taquines, inspirées et représentatives d’une génération en quête d’évasion et de découvertes, il s’agit d’un groupe aux sonorités folkloriques typique du pays. Les textes sont chantés dans la langue de Shakespeare, mais reflètent tout de même l’identité malgache des quatre membres formant Zazadàla.

Faire épanouir
Aux côtés des récits du groupe, retranscrits en bandes dessinées par de jeunes bédéistes de talent, à savoir Maximinus, Takagi, Yashin, Shinato, Nash et Koza, l’artiste francophone Thomas Auvin nous livre aussi, à l’AFT Andavamamba, sa vision de la société. D’une manière abstraite, mais néanmoins ouverte et remplie de générosité, il nous expose ses croquis, des illustrations d’une grande vivacité, qui subjuguent et envoûtent.
Par ailleurs, la journée d’hier a été aussi l’occasion pour les férus du neuvième art national, de s’imprégner pleinement de cet univers artistique particulier aux côtés des professionnels du milieu. Notamment la jeune bédéiste Catmouse James, qui a sorti son premier album intitulé « Ary », édité chez Des Bulles dans l’océan, et son ami Dwa connu entre autres pour son œuvre quasi-auto-biographique « Back to Al Bak » dans la même maison d’édition à La Réunion. L’un des artistes les plus prometteurs de sa génération, le jeune Heri Shinato, est à suivre de près, puisqu’il sortira prochainement, son premier album de BD. Ensemble, ils se sont plu à partager et à échanger en tant qu’auteurs auprès du public de l’AFT Andava­mamba, hier après-midi.
Le festival se poursuit sur place, ce jour, avec même une soirée de défoulement graphique et un show-case inédit du groupe Zazadàla, en début de soirée. Soyez au rendez-vous !