Faits divers

Andalamahitsy – RN2 – Trois camions calcinés après une collision

Le feu a détruit les trois camions après le violent choc.

Trois camions se sont enflammés et sont réduits en un tas de ferrailles après un télescopage catastrophique, jeudi à 22h 30, non loin d’Antsapanana, sur la RN2.

Lourdes pertes. Rien n’a été récupérable sur les trois camions impliqués dans un grave accident de la circulation sur la RN2, à cinq
kilomètres d’Antsapanana, jeudi à 22h30. La gendarmerie qui était en plein constat, hier, avant-midi, n’a, toutefois, déploré aucune perte en vie humaine. Aucun blessé n’a été enregistré dans ce drame d’une rare violence.

« Pour le moment, nous ne pouvons pas estimer la valeur des dégâts. Le propriétaire de l’un des semi-remorques vient de nous appeler au téléphone qu’il est en cours de route depuis Toamasina avec un responsable d’assurance », explique le commandant de brigade de la gendarmerie de Rano­mafana Est, étant sur place.

Le drame s’est précisément produit, à Andalama­hitsy, où se trouvent quelques restaurants. À cette heure-là, deux camions dont les remorques sont vides, venant d’Antananarivo, se sont garés au bord de la chaussée, à leur gauche. « Leur chauffeur sont descendus pour diner sans rien préssentir. Peu de temps après, un véhicule lourd depuis Toamasina vers la capitale a roulé à un train d’enfer et fait un face à face avec ceux en stationnement », relate le même interlocuteur.

Gaz CO2
Au cours de cette folle course qui a viré au pire, le conducteur a réussi à s’extraire de son siège et à sauter pour sauver sa peau. Indemne, il est directement retenu en garde-à-vue au bureau de la brigade pour être verbalisé.
« Nous ignorons la cause précise de cet accident. Apparem­ment, l’un des camions transportait du gaz CO2, raison de l’explosion et de l’incendie désastreux, les carbonisant tous », élucide un enquêteur.

Les hôteliers et ceux qui étaient présents au moment des faits ont été terrifiés par la détonation soudaine et assourdissante, la flambée inimaginable, ainsi que la colonne de fumée noire affreuse. Ils n’ont rien pu tenter pour éteindre l’embrasement à cause de la chaleur qui se dégageait. Heureusement, le feu ne s’est pas propagé vers les maisons environnantes et les restaurants, malgré, le vent plus ou moins fort au cours de la nuit.
« Nous sommes restés loin de la conflagration et avons attendu qu’elle s’atténuait pour passer. Nous avons eu peur du fait que nous roulons avec une voiture à essence, sensible aux étincelles », témoigne un automobiliste.
Par conséquent, une longue file de véhicules venant des deux sens s’est rapidement formée. Le passage a été libéré la nuit-même, presque une heure après la tragédie, selon les informations glanées.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Le CO2 ne s’enflamme, ni explose, au contraire il est utilisé dans certains systèmes d’extinction d’incendie.
    Ce serait bien de vérifier avant de publier cela.