Accueil » Actualités » Protection de l’enfant – Trois cents fugues et disparitions enregistrées
Actualités Social

Protection de l’enfant – Trois cents fugues et disparitions enregistrées

Chiffre ahurissant. La prolifération des cas de déclaration de disparition d’enfants, ces derniers temps, a suscité la stupéfaction. Le service de la Police des mœurs et de la protection des mineurs à Anosy et la division de la Police des mœurs et de la protection des mineurs à Tsaralalàna ont enregistré trois cent vingt-neuf cas, entre les mois de janvier et mai de cette année. Les deux cent cinquante sont des cas de fugue et les soixante-douze, des cas de disparition. Des enfants âgés de moins de 17 ans, dont la majorité sont âgées entre 11 et 16 ans. « Souvent, les adolescents quittent leur foyer pour suivre des copains. Il se peut aussi qu’ils veuillent fuir des problèmes familiaux, comme la dispute incessante des parents, la violence psychologique », explique un responsable auprès du SPMPM à Anosy.

Besoin de réconfort
Andry (nom d’emprunt), un adolescent de 13 ans habitant à Itaosy, a, par exemple, quitté la domicile de sa grand-mère pour fuguer et aller travailler à Anosibe. Il n’aurait pas supporté le fait que cette dernière l’ait « réprimandé ». « C’est moi qui me suis occupée de lui, car sa mère le délaissait depuis qu’il a été petit. Par la suite, ses parents se sont séparés. Lorsqu’on l’a retrouvé un mois plus tard, à Talatamaty, en train de pousser une charrette, il n’a pas voulu rentrer chez moi. C’est sa mère qui l’a accueilli, mais je ne sais pas s’il veut rester avec elle. On pense le mettre dans un centre », raconte la grand-mère.
Kolo Randriamanana, psychologue, recommande une relation chaleureuse entre les parents et l’enfant ainsi que l’instauration d’un cadre et repère chez l’enfant. « L’ensemble de ces deux produits, la confiance mutuelle entre les deux, et l’estime de soi chez l’enfant, c’est l’équilibre dont il a besoin pour ne plus chercher de la reconnaissance ailleurs », explique-t-elle.

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter