Accueil » A la une » Transport et logistique – Dynamisme des activités de frets en temps de crise
A la une Economie

Transport et logistique – Dynamisme des activités de frets en temps de crise

Malgré  la  hausse  du  tarif  des  frets,  le  secteur  du transport  et  de  la  logistique  arrive  à  garder  le  cap.

La pandémie n’a pas arrêté les échanges transfrontaliers de marchandises. Des expéditions régulières s’organisent par vols cargo mais à un prix fort.

La société Real Premium profite du Covid-19. Une commissionnaire de transport, composée d’entrepreneurs malgaches basés en France, cible spécialement une niche de marché d’enlèvement et de livraison de marchandises à domicile. « Nous adaptons nos services avec la situation de crise sanitaire. Des services de porte à porte au départ dans toute la France ou de tout Madagascar», fait savoir Dany Randriakoto, directeur général de Real Premium. Les coûts d’expédition sont conséquents. Un tarif forfaitaire de 100 euros, au départ de la France, pour les colis de moins de 5 kg et 14 euros par kilo à partir de 50 kg.

Nombreux intéressés par l’offre la jugent un peu trop chère parce que ce sont des tarifs encore non-dédouanés. « Le service de porte-à-porte a un prix. Nous travaillons avec DHL, Air France et Turkish Airlines. Le service permet aux clients de ne pas se déplacer en ces temps de crise. Nous récupérons les marchandises et les livrons dans tout Madagascar, Taolagnaro, Antsiranana et même Toliara », répond le directeur général. Depuis sa création, quarante commandes ont été honorées. 300 kilos par semaine en moyenne au départ de la France pour les particuliers et trois tonnes par mois pour les professionnels.

Hausse du coût

Depuis Madagascar vers la France, le prix est encore plus cher, soit 120 euros pour les colis de moins de 5 kg. « C’est dû au fait qu’il y a moins de flux depuis l’île patrie », répond le transporteur.

Pour Gasy Trading&Logistics, spécialisée dans les importations depuis l’Asie depuis des années, et principalement depuis la Chine, le coût connaît une hausse depuis la crise. « Non seulement, le volume des marchandises à transporter a diminué de près de 50%, mais notre compagnie aérienne partenaire a augmenté ses tarifs. Ethiopian Airlines a converti ses vols commerciaux en vols cargo. Ce qui explique le tarif en hausse », explique Nampoina Ramanambelo, directrice de la société. 75 yuans par kilo si 65 yuans auparavant.

« Avant la crise sanitaire, nous pouvions réaliser 1,4 tonne par envoi, actuellement c’est 500 à 600 kg », explique la directrice de la société Gasy Trading&Logistics. La durée du transit est de dix à douze jours. Elle fait savoir que les frontières de la Chine ne sont pas fermées aux marchandises mais que des mesures sanitaires strictes sont imposées. « Il est également possible d’importer depuis laThaïlande mais le personnel doit posséder un « covid certificate » valide et une assurance maladie de plus de 10 000 dollars », ajoute encore la responsable. Les marchandises sont essentiellement composées de médicaments et de matériel médical. « La crise n’arrête pas les envois. Au contraire, beaucoup de matériels demeurent importants en cette période », conclut-elle.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter