Magazine

Essai – Le Ranger Raptor montre ses muscles

Le Ranger Raptor se destine un usage sportif « offroad ».

Avec un design ultra-agressif et des équipements de compétition, le Ranger Raptor se présente comme le nouvel ambassadeur de la « Ford Performance ».

Le Ranger Raptor se destine un usage sportif « offroad ».

Après le F150 Raptor, voici le Ranger Raptor. Un mois après la présentation du Ranger millésime 2019, Ford a dévoilé à la presse internationale la déclinaison sportive, lundi à Upington (Afrique du Sud). D’entrée, les différences sont significatives au niveau esthétique. L’installation des énormes élargisseurs d’ailes, des marchepieds et de la calandre noirs rendent le design musclé et ultra-agressif. On bascule clairement du côté obscur… de la Ford !
Le Ranger Raptor est monté sur un châssis élargi et renforcé. Il est équipé de suspensions de compétition « Fox Shock Absorbers », réglables sur neuf niveaux. Il reçoit aussi des jantes en alliage, destinées à la conduite sportive « offroad » et enveloppées par des BF Goodrich All-Terrain 285/70 R17. Le niveau d’équipement laisse place à peu de doute, c’est bien un produit de la « Ford Performance », la branche sportive de la firme américaine.

Les suspensions Fox permettent des réceptions parfaites sur les sauts.

« Baja » mode
Pour en démontrer tout le potentiel, Ford Motor Company a organisé trois tests sur le terrain d’entrainement des pilotes de rallye-raid sud-africains, à une centaine de kilomètres d’Upington. Un « dynamic activity » sur un circuit de slalom, un « rally activity » sur une portion d’épreuve spéciale et le « 4×4 experience », l’occasion d’exploiter les 210 CV de puissance et 500 Nm de couple du 2L diesel bi-turbo. L’occasion aussi de s’émerveiller devant le rendu des suspensions à gaz Fox.
En mode 4Hi et sans contrôle de traction, les deux premiers tests ont permis de découvrir toute l’efficience du nouveau mode de conduite « Baja ». Pour précision, « Baja Desert Rally » évoque les courses de tout-terrains, créées par les Américains. Il s’agit donc d’un mode de conduite sportive « offroad ». Il se démarque par des passages de rapports plus agressifs et une cartographie moteur qui permet de maximiser les performances. Les passages de vitesses peuvent se faire automatiquement, mais aussi en mode séquentiel grâce aux palettes situées derrière le volant.

 

Les fameuses Fox Shock Absorbers spécialement conçues pour le Ranger Raptor.

Arme ultime
Durant l’atelier 4×4, c’était surtout aux BF Goordich All-Terrain de s’illustrer avec leur « grip » exceptionnel. Ces gommes KO2 peuvent évoluer à la fois sur sol mouillé, sur de la boue, sur du sable et sur de la neige. Elles offrent notamment 10% plus de traction dans la boue. Sans oublier leur durée de vie accrue. D’un autre côté, les nombreuses aides à la conduite, le contrôle de stabilité en premier, nous ont permis de tirer toute la quintessence du pick-up américain, dans les dunes, avec l’enchainement des montées et des descentes, ainsi que les passages en dévers. Les franchissements deviennent tout simplement un jeu d’enfant, grâce à la combinaison de tous ces atouts.
La finition Wildtrak du Ranger place déjà la barre très haute. Mais avec le Ranger Raptor, Ford repousse encore un peu plus les limites, en étant fidèle à sa devise « Go Further ».
« L’arme ultime », se plait-on à répéter auprès du constructeur américain. À juste titre !

Les inscriptions Raptor sont présentes à l’extérieur et à l’intérieur.

Six modes de conduite

Le Raptor Ranger propose six modes de conduite. Citons normal, sport « onroad », gazon/gravier/neige, boue/sable, Baja et rock. Le nouveau Baja mode est destiné à la conduite sportive « offroad ». L’EPAS ou « Electronic Power Assist Steering » et le TMS ou « Terrain Management System » veillent à ce que le véhicule réagisse de la meilleure des manières selon le mode utilisé.

Un intérieur toujours au top

Vu que le Ranger Raptor est plus grand, il offre logiquement un intérieur plus spacieux, autant à l’avant qu’à l’arrière. Le confort est d’autant plus accru, visuellement parlant, grâce à l’habillage en cuir et ses surpiqûres bleues. Au niveau équipement, un écran tactile, bénéficiant de la technologie de connectivité Ford Sync 3, trône sur la console centrale. Entre autres, il peut être connecté à un smartphone, comprend un GPS et affiche les images captées par la caméra de recul.

Les logos Raptor et Ford Performance apparaissent sur l’écran
au démarrage.

 

 

 

 

 

 

 

 

La signature « Raptor » présente partout

À l’extérieur, la benne reçoit des habillages « Raptor » des deux côtés. On retrouve également la même signature sur les tapis. Idem pour les sièges, qui ont été spécialement conçus pour un confort optimal en conduite sportive « offroad ». Sachant que le Ranger Raptor sort tout droit de la branche compétition du constructeur américain, on retrouve logiquement les inscriptions « Ford Performance » aux entrées de l’habitacle.

Cinq couleurs au choix

Notre préférence s’est portée sur le Ranger Raptor de couleur « bleu Ford Performance». Un bleu qui se marie parfaitement avec les habillages extérieurs « Raptor » et les surpiqûres du cuir intérieur. Le pick-up sportif américain est également disponible dans quatre autres coloris, à savoir le rouge colorado, le gris conquer, le noir et le blanc.

Fiche technique du ranger raptor :

Moteur 4 cylindres en ligne, diesel, bi-turbo
Cylindrée 2 litres
Puissance max 210 CV à 3750 tr/min
Couple max 500 Nm entre 1750 et 2000 tr/min
Boîte de vitesses Automatique à 10 rapports ou séquentielle
Jantes av/ar Alliage de 17 pouces
Pneus av/ar BF Goodrich All-Terrain 285/70 R17
Suspensions av/ar Fox Shock Absorbers
Longueur 5,398 mm
Largeur 2,028 mm
Hauteur 1873 mm
Garde au sol 283 mm
Angle d’approche 32,5°
Angle de fuite 25°
Capacité du réservoir 80 litres

 

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter