Accueil » Editorial » À mort les violeurs
Editorial

À mort les violeurs

Le sort d’une jeune fille violée par un soi-disant mpiandry d’une célèbre église et son fils a causé beaucoup d’émoi au sein de l’opinion. Les deux goujats ont été mis en détention préventive par le tribunal hier en attendant leur procès.

L’affaire n’a certes pas de particulier, dira-t-on, des viols sont commis tous les jours contre des mineurs sans que cela n’emeuve personne, mais elle a ceci de révoltant que les auteurs sont des gens dont la notoriété sociale et morale est reconnue et vénérée.

On connaît la pédophilie dans les églises catholiques ici comme ailleurs mais on ignorait que les autres confessions en ont aussi friandes. Cela dépasse juste l’entendement en pleine semaine sainte.

D’aucuns réclament la restauration de la peine de mort et ils n’ont pas tort quand on voit que les peines sont absolument dérisoires et encouragent les bêtes à récidiver.En tout cas ceux qui sont censés concevoir le code pénal ne se pressent guère à durcir les peines contre les violeurs impénitents. C’est un sujet qui ne semble pas préoccuper les parlementaires au même titre que les vols d’ossements. On n’a jamais entendu parler d’une proposition de loi de modification du code pénal pour mettre un terme à ces fléaux qui gangrènent la vie de la population. Les violeurs écopent juste quelques années de prison sinon ils sont acquittés au bénéfice du doute comme s’il pouvait y en avoir dans un viol où le criminel est sciemment identifié par sa victime. Que faut-il apporter au tribunal pour servir de preuve? Un bout de l’hymen ?

L’Assemblée a voté en deux temps trois mouvements, le projet de loi sur la violence basée sur les genres, elle n’a qu’à en faire autant pour les viols. Une enfant victime de viol est marquée à vie et en porte les séquelles physiques et physiologiques à jamais.

Il n’y a qu’un appel pour stopper ces actes bestiaux et répugnants. À mort les violeurs. Ils ne méritent aucune tolérance.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter