Accueil » Economie » Conjoncture – Le FMI efface une partie de la dette malgache
A la une Economie

Conjoncture – Le FMI efface une partie de la dette malgache

Kristalina Georgieva, directrice du FMI.

Le conseil d’administration du FMI a approuvé un allègement immédiat de la dette pour dix-neuf pays africains dont Madagascar.

Ouf !428,1 milliards d’ariary soit 114 millions de dollars. Voilà le montant du service de la dette à rembourser pour la loi de Finances 2020. Dans le but de dégager du budget pour faire face au covid-19, le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé un allègement immédiat du service de la dette pour dix-neuf pays africains dont Madagascar. Cela « leur permettra de consacrer une plus grande partie de leurs faibles ressources financières aux soins médicaux et autres efforts de secours d’urgence vitale », souligne la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva.

Concrètement l’allègement accordé à un total de vingt-cinq pays se fera au titre du Fonds fiduciaire réaménagé d’assistance et de riposte aux catastrophes (fonds fiduciaire ARC). « Nos pays membres les plus pauvres et les plus vulnérables recevront ainsi des dons qui couvriront leurs obligations envers le FMI pour une phase initiale de six mois », précise-t-elle. Ce fonds peut actuellement fournir un allègement du service de la dette sous forme de dons à hauteur d’environ 500 millions de dollars d’après les explications. Si le Royaume-Uni et le Japon ont déjà contribué à ce fonds, la Chine, les Pays-Bas ainsi que d’autres pays devraient suivre.

Allègement supplémentaire

Le fonds fiduciaire ARC est un outil mis en place par le FMI en 2015 en remplacement du précédent fonds fiduciaire pour l’allègement de la dette après une catastrophe (ADAC). Après le tremblement de terre de 2010, Haïti a vu la totalité de l’encours de sa dette envers le FMI effacée grâce à ce précédent outil. Pour financer le fonds fiduciaire ARC, FMI appelle à la contribution des pays membres sous forme de dons. C’est dans ce sens que Kristalina Georgieva a invité d’autres pays à contribuer afin de permettre un allègement supplémentaire du service de la dette pendant au moins deux ans.

La totalité de la dette publique africaine atteint à ce jour 365 milliards de dollars. Selon l’ONG britannique Jubilee Debt Campaign, le remboursement de la dette concerne en moyenne 13% des revenus des États africains. Les ministres africains des Finances avaient demandé en mars dernier 100 milliards de dollars à la communauté internationale dont 44 milliards pour le remboursement des dettes.

 

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • FMI
    quelle générosité
    supprimer une dette sur des montants numériques ( en équivalent cacahouète ? )
    Sankara avait raison, que l’on aime ou pas le personnage
    on ne rembourse pas les voleurs de destinées humaines

  • L’ensemble des dettes publiques Africaines atteint effectivement 365 milliards de dollars tout en sachant que 145 milliards de dollars sont contractées avec la Chine et ses intérêts . Ce dernier qui n’est pas du tout conciliant sur les remboursements s’accapare sans scrupules de projets d’infrastructures gigantesques en contre-partie .Des financements de la banque Chinoise d’exports et imports ( EXIMBANK) au Gabon , en Mauritanie et récemment en Afrique du sud en sont les preuves concrètes .Les « routes de la soie » serviront justement pour encadrer les investissements et les défauts de paiement des projets de construction de la Chine .Donc tout se résume en « une diplomatie des infrastructures » pour ce pays qui va certainement devenir la première puissance économique Mondiale après cette pandémie de coronavirus .
    Les partenaires financiers internationaux traditionnels ne sont pas là pour faire de la philanthropie . Il y a la « conditionnalité » dans tout allègement du service de la dette et ce sont des procédures inhérentes aux exigences des principaux grands pays occidentaux à quotes-parts importants pour son fonctionnement. Le Sénégal est mieux garni que Madagascar parce que LE FMI a approuvé le décaissement au titre de la facilité de crédit rapide 294,7 millions de dollars .
    Le président Français a annoncé l’annulation des dettes Africaines . L’Allemagne réputé pour son égoïsme économique a finalement accepté la théorie Keynésienne de la mutualisation des dettes et des investissements Européens après cette crise sanitaire mondiale .Ce qui serait une véritable bouffée d’oxygène à l’Italie , L’Espagne et La Grèce pour mieux affronter la récession post-pandémie mais ça laisserait aussi des marges de manoeuvre vers les pays à faible revenu .Pour Madagascar il est incontestablement admis que le confinement partiel et la fermeture des frontières auront des conséquences économiques et sociales désastreuses . Et si des pays comme La Suède ont faits le pari de « l’immunité collective » justement pour protéger son économie .La décision scandaleuse de Donal TRUMP de suspendre sa contribution financière à l’OMS sur des arguments farfelus contre La Chine démontre une fois de plus le cynisme des pays riches .

  • Le ton est acerbe mais le propos s’entend.. Ce n’est pas un allègement de la dette mais son annulation qu’il est impératif d’accorder aujourd’hui, et ce d’où qu’elle vienne, Chine incluse.. Sans distinction. Permettre à ce continent de se développer sans entrave, tout en encourageant une coalition économique locale entre ses membres, on parle des Etats Unis d’Afrique, est probablement la seule issue pertinente et salutaire, pour lui et le reste du monde. Un effondrement de l’Afrique serait une catastrophe planétaire, il faut en être conscient, le pape François doit être écouté.