Economie

Doing business – La Georgie partage son expérience

De g. à dr., l’ambassadeur Beka Dvali, le vice-ministre des Affaires étrangères Alexander Khvtisiashvili et son directeur adjoint pour le Moyen-Orient et l’Afrique Zurab Aleksidze.

Madagascar peut s’inspirer de l’attractivité de la Géorgie. Le vice-ministre géorgien des Affaires étrangères en est persuadé.

Créer une entreprise en deux jours. La Géorgie veut partager ses expériences avec le nouveau gouvernement malgache en matière de réformes pour accélérer la croissance économique. Voilà l’une des raisons qui ont conduit le vice-ministre géorgien des Affaires étrangères Alexander Khvtisiashvili à Madagascar les 11 et 12 avril, à la tête d’une délégation composée de son directeur adjoint pour le Moyen-Orient et pour l’Afrique Zurab Aleksidze ainsi que l’ambassadeur Beka Dvali résidant à Prétoria, Afrique du Sud. Il s’agit des premières consultations politiques de haut niveau entre la Géorgie et Madagascar où l’économie a été au centre des discussions. D’après Alexander Khvtisiashvili, Tbilissi souhaite soutenir le gouvernement malgache dans les réformes dans lesquelles il va s’engager. «Il y a quelques
années, nous nous sommes aussi engagés dans des réformes. Actuellement, on peut dire que la Géorgie est devenue un modèle dans sa région en matière de climat des affaires et des investissements. Nous attirons de plus en plus d’investisseurs en Géorgie et le pays est en train de se développer à une forte croissance», a indiqué le chef de la délégation, durant une conférence de presse, où il a dressé un compte-rendu de son séjour malgache.
La Géorgie est au sixième rang des économies qui incarnent au mieux un environnement favorable à la conduite des affaires selon le dernier classement Doing Business. D’après Alexander Khvtisiashvili, la Géorgie a fait en sorte de donner le maximum d’opportunités au secteur privé à travers diverses réformes, notamment, au niveau fiscal et juridique. «Moins de taxes et moins de procédures. Voilà les clés de notre réussite», a-t-il résumé.

Échanges
La Géorgie figure parmi les premiers pays à s’être inspirés de Doing Business pour réformer leurs réglementations. Elle est, d’ailleurs, le deuxième après le Rwanda parmi les plus grands réformateurs, depuis le lancement de Doing Business.
Durant son séjour à Madagascar, la délégation a rencontré le Premier ministre Christian Ntsay, le ministre des Affaires étrangères Naina Andriantsitohaina et le président du Sénat Rivo Rakotovao. Des rencontres avec le secteur privé ont également été au programme avec, notamment, des opérateurs dans le vin et les spiritueux, des opérateurs du secteur minier et l’office national du tourisme. En tant que producteur de vin depuis huit mille ans, la Géorgie souhaite aider Madagascar à développer différents types de vin.
Pour ce qui est du tourisme, Alexander Khvtisiashvili a indiqué que la Grande île pouvait s’inspirer de son pays qui attire chaque année plus d’un million de touristes. La délégation a également rencontré l’Economic development board of Mada­gascar (EDBM) pour s’enquérir du climat des affaires et des opportunités d’échanges commerciales à développer entre les deux pays.
Cette visite a été surtout une occasion pour les deux pays de mettre en place les jalons d’une coopération future. Le chef de la délégation a particulièrement insisté sur la possibilité de collaborer avec Madagascar au niveau des instances du commerce international. Il a
indiqué que d’une manière générale, la Géorgie souhaite coopérer avec plus de pays africains. «Nous avons commencé avec Madagascar, profitant du nouveau régime en place».