Accueil » Social » Religion – Fermeture temporaire de l’église Jesosy Mamonjy à Ankorondrano
Social

Religion – Fermeture temporaire de l’église Jesosy Mamonjy à Ankorondrano

L’église Jesosy Mamonjy n’a pas effectué son culte dominical hier suite à un désaccord entre les fidèles.

Des fidèles de l’église Jesosy Mamonjy à Ankoron­drano ont été surpris, en arrivant devant l’église pour le culte dominical, hier. Le portail était fermé. L’église était déserte, si des centaines de fidèles y sont présents, chaque dimanche. La préfecture de police d’Antananarivo a notifié la fermeture de cette église, pour le samedi 13 et le dimanche 14, de ce mois de février, pour éviter un affrontement entre les membres de l’église. « Il s’agit d’une mesure temporaire. C’est le ministère de l’Intérieur qui prononcera la fermeture définitive, si c’est nécessaire », indique le général Angelo Ravelonarivo, préfet de police d’Antananarivo, hier.

Les fidèles se sont scindés en deux, suite aux procédures de remplacement du pasteur Léon Rafaty, président du collège des pasteurs, décédé au mois de juin et l’élection des membres du conseil d’administration. Une partie s’est opposée à la proclamation des nouveaux membres du conseil d’administration. « Le Vice président veut prendre la place du président sans passer par les élections. Par ailleurs, le 6 février, nous avons effectué l’élection des membres du collège des pasteurs. L’autre partie a imposé l’élection des seize membres, alors que les cinq sur ces seize devraient être désignés par le président du conseil d’administration », indique un fidèle. La partie adverse qui soutient le Vice-président, indique qu’elle ne fait que respecter les textes : « c’est le Vice-président qui assure l’intérim en attendant l’élection d’un nouveau président ».

Suite à ce désaccord, des heurts se sont éclatés, en plein culte. L’église s’est transformée en un ring : les fidèles se battaient. Résultats: deux blessés, des bancs détruits, et des vitres cassées. Une rencontre entre les deux parties, assistée par les autorités serait prévue se tenir, cette semaine, pour arranger cette dissidence.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi