Economie

Energie – Le projet Volobe avance à petits pas

Rémy Hubert de la CGHV, Christian Ramarolahy ministre de l’Énergie et Vonjy Andriamanga DG de la Jirama, à la pré-signature du projet Volobe.

Une cérémonie de pré-signature du projet de mise en place de la centrale hydroélectrique de Volobe s’est déroulée avant-hier. Le chemin s’annonce encore périlleux.

L’attente est longue. Le site hydroélectrique de Volobe est en gestation depuis près de trois ans alors que le premier kilowattheure ne sera disponible qu’en 2023. Un document d’entente sur le projet Volobe a été « paraphé » entre les trois parties concernées par le projet de mise en place de centrale hydroélectrique à Volobe dans la région Est. « Ce projet est complexe et nécessite beaucoup de temps », a toujours souligné, Rémy Hubert, représentant du concessionnaire Compagnie générale hydroélectrique de Volobe (CGHV), chaque fois que l’occasion se présentait pour lui obtenir des informations sur l’avancement du projet Volobe.

En effet, la centrale hydroélectrique fournira de l’électricité à quelque deux millions d’individus avec 750GWH de production par an, soit 40% de la production électrique actuelle dans le pays. C’est le contrat de concession de 35 ans pour la Compagnie générale hydroélectrique de Volobe (CGHV) ainsi que le contrat d’achat d’énergie par la Jirama qui ont été « paraphés », hier.

Compétitif

Le représentant de la CGHV, Rémy Hubert, le ministre de l’énergie et des hydrocarbures, Chrisitian Ramarolahy, le directeur général de la Jirama, Vonjy Andriamanga y étaient présents. Il s’agit d’un paraphe témoignant que les trois parties sont d’accord à 90% sur le projet et que la signature finale peut se faire dans un délai proche.

« Les 10% restant peuvent se traduire par des détails à revoir sur la durée de la concession, des ajustements de la part du ministère de l’économie et des Finances, ou encore des remarques de la part des institutions financières, les contrats de financement pour une obtention de crédit. Ce sont des détails à considérer pour une totale capacité à signer formellement par la suite », fait savoir une source très proche du dossier Volobe. Cette signature formelle a été attendue depuis l’année dernière pour être reportée et reportée. Des descentes sur terrain ont eu lieu pour des constats des parties prenantes. Il y eut ensuite la signature entre les actionnaires, à savoir le groupe Axian, Colas, SN Power et Africa50 en octobre. Le montage financier a été indiqué être le « gros morceau » du projet. Des prêteurs tels que SFI, BAD et AFD Proparco se sont déjà manifestés.

Toujours est-il que la cérémonie d’hier constitue un pas pour les trois parties à vouloir aller de l’avant pragmatiquement. « Vonjy Andria­manga, directeur général de la Jirama a souligné que le projet Volobe figurait parmi les stratégies de redressement de la compagnie d’eau et d’électricité. Le principe est de réduire le coût de revient qui avoisine actuellement les 25 cents de dollars. Avec Volobe, ceci sera de 7 cents dollars », indique un communiqué de la Jirama.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter