Economie

Télécommunication – Une hausse des prix à craindre

Patrick Pisal Hamida s’est toujours levé contre le droit d’accises sur la télécommunication.

Les opérateurs de télécommunication tiendront une réunion la semaine prochaine où le rehaussement du droit d’accises concernant le secteur sera entre autres soulevé.

Erreur d’appréciation. « Ce qui est sûr c’est qu’ils ne font rien pour que les prix baissent». Le constat de l’administrateur directeur général de Telma Patrick Pisal Hamida est sans appel concernant le rehaussement du taux de droit d’accises sur la télécommunication à 10%. Il s’agit de la première sortie de PPH sur cette mesure controversée inscrite dans la loi de finances initiale. Quelques mois plus tôt, il avait fait une déclaration fracassante à ce sujet, annonçant une baisse de prix de 10% à chaque baisse d’un point du droit d’accise qui était alors de 8%. Préconisant une baisse de cinq points, il avait avancé des prix de la télécommunication à 50% moins cher. «Je pense que cela a été un peu fait dans la précipitation», indique-t-il en évoquant déjà la loi de finances rectificative. «Semble-t-il qu’il y ait une loi de finances rectificative qui va arriver. On est confiant pour que la loi de finances rectificative corrige certaines erreurs d’appréciation.»

Pour l’élaboration de la LFR, Patrick Pisal Hamida espère que les opérateurs seront enfin entendus. «Cette mesure ne va ni dans le développement de l’usage, ni dans la baisse des prix», poursuit-il.

Luxe
La posture adoptée par le groupement des opérateurs de télécommunication sera connue la semaine prochaine à l’issue d’une réunion qu’il tiendra. Les opérateurs se trouvent sur une même longueur d’onde concernant la taxation des télécommunications. Le directeur général d’Orange Michel Degland a également soulevé cette réalité en septembre. «Habituellement ces droits d’accises, on les retrouve, soit sur des produits qui sont néfastes à la santé parce qu’on essaie d’en limiter l’usage, soit sur des produits de luxe», avait-il indiqué en avançant à l’époque qu’il faudrait rabaisser davantage le droit d’accise pour que la télécommuni- cation devienne un vrai produit de grande consommation. Il rejoignait à cet effet Patrick Pisal Hamida qui déclarait que la télécommunication est un produit de luxe car il est taxé comme un produit de luxe.

Quoi qu’il en soit, l’administrateur directeur général de Telma a indiqué que l’opérateur travaille actuellement pour ne pas que la hausse du droit d’accises impacte les prix. «Nous ne voulons pas prendre en otage nos consommateurs donc on fera tout pour ne pas augmenter les prix. On est confiant sur les travaux qui vont être faits sur la loi de finances rectificative», assure-t-il. À titre de comparaison, au Tchad, Airtel a annoncé des baisses des tarifs après que le gouvernement ait totalement supprimé le droit d’accise sur les télécommunications qui s’élevait à 18%.