Texto de Ravel

Texto de Ravel – Le repos du Guerrier

Dans le monde entier, les actions à l’encontre des droits que ce soit les droits des êtres humains dans toute sa diversité, les droits de mère nature, les droits des animaux qui cohabitent avec nous sont bafoués. Les humains tuent, maltraitent d’autres humains au nom des « Religions », des pays, des croyances, des intérêts et des pouvoirs. Les humains violent et ruinent la terre, les océans, l’air et tout l’équilibre que mère nature ainsi que les ancêtres nous ont donné.

Le contexte est plus que jamais grave et ceux qui défendent les droits œuvrent de plus en plus dans un environnement étriqué et violent. Les défenseurs des droits n’ont généralement pas de défenseurs et se retrouvent seuls au moment difficile de leur vie, de leur combat. Cette situation est d’autant plus difficile pour les femmes, pour les femmes activistes, pour les femmes activistes noires. En effet, beaucoup d’entre nous sont vues comme des insensées par nos sociétés. La patriarchie et tout ce qui a été brodée autour comme le capitalisme, les religions, les systèmes actuelles de gouvernance compriment les femmes à subir et se taire.

La société dans laquelle nous vivons a imposé un standard de vie qui fait que beaucoup vivent toutes formes de pressions au quotidien La concurrence imposée par le pseudo « culture de l’excellence » mettent les êtres humains en compétition dès leur naissance. On veut que les enfants soient tous pareils et nous annihilons complètement la nature, la différence en nous. Dès nos premières années dans nos familles, nos premiers pas à l’école on nous compare à d’autres pour nous mettre dans un modèle pré-faite.

Les périodes de fin d’année et de fêtes ne sont pas festives pour tout le monde. C’est le moment où il faut acheter les cadeaux, il faut acheter de nouveaux habits, il faut faire la fête, il faut aller visiter les familles, il faut paraître belle ou beau, il faut trouver le temps de faire tout cela. Pourtant, beaucoup n’en ont pas les moyens ni en termes de finance, d’énergie, de santé. Le paraitre devient nuisible et cancérise petit à petit chacun d’entre nous.

Aussi, nous vous invitons à écouter les personnes qui sont autour de vous. Prenez le temps de demander l’essentiel : est-ce qu’elles vont bien ? Il faut qu’ensemble nous désapprenions le fait qu’il faut toujours continuer à se battre, à toujours vouloir aller bien, à toujours vouloir réussir et encaisser. Il faut que nous disions à notre entourage et à nous-mêmes qu’il est permis de ne pas aller bien. L’important c’est de pouvoir s’arrêter à temps. Il est essentiel de se dire stop pour pouvoir se réparer et aller de l’avant.

Dans cette période de brouhaha, soyez attentif à votre corps, votre esprit, votre santé pour ne pas rater le moment du repos du guerrier. Soyez à l’écoute de ceux qui vous entourent. Ceux qui sont pris dans la dépression, la maladie de vouloir éternellement avancer. Soyez des aidants pour ceux qui ne vont pas bien. Accompagnez-les et comprenez que s’ils ne décrochent pas vos appels, ne répondent pas à vos sms et vos emails, vos messages Facebook ou WhatsApp, ce n’est pas qu’ils vous ignorent ou qu’ils ignorent l’urgence de ce que vous leur demandez. Ce sera juste parce qu’ils ne se sentiront pas encore capables de le faire.

Soyez le gardien de ceux qui sont faibles. Soyez surtout attentifs envers ceux qui sont faibles mais qui ne le savent pas ou ceux qui le savent mais qui, emportés par notre société de la concurrence éternelle, préfèrent se taire et se tuer au conformisme.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter