Social

Antananarivo – Les travaux routiers perturbés

La réhabilitation des routes nationales à Antananarivo se poursuit. Les conditions météorologiques et d’autres facteurs perturbent l’exécution des travaux.

Au ralenti. Les automobilistes et les usagers des transports en commun s’insurgent contre la perturbation de la circulation, provoquée par les travaux de réfection des sorties de route nationale. « Ils ont déjà effectué ces travaux, il y a quelques mois. Que font-ils encore ici ? Il y a d’autres routes à réhabiliter », s’indigne Harlando Rakotomalala, contre l’entreprise qui effectue la dernière couche de revêtement des chaussées entre Mahazo et Ankadindra­mamy, actuellement. On sentait vraiment le ras-le-bol chez ce jeune qui attendait le bus à l’arrêt Ravinala Ankadindramamy, ainsi que chez les transporteurs, hier. « Les travaux traînent. Cela fait trois jours qu’ils sont là et la circulation est bouchée, ils n’ont toujours pas terminé le bitumage d’un kilomètre», veut se faire entendre Tiana Razanadraibe, transporteur. Les plus pressés, eux, font leur trajet à pied. Car traverser Ambohimahitsy et Anka­din­dramamy peut prendre deux heures de temps. À l’heure de pointe, les automobilistes ne se gênent pas à rouler sur les chaussées qui sont en cours de travaux.

Facteurs

Théoriquement, le revêtement des chaussées entre Ambohimahitsy et le PK 0 à Soarano, devrait durer une dizaine de jours. Mais ce délai d’exécution ne pourrait pas être respecté. Plusieurs facteurs, à savoir, les conditions météorologiques, et le problème de circulation, perturbent la réalisation des travaux. «Nous sommes sur le chantier, dès 6 heures du matin. Mais à cause du bouchon sur les deux voies, pendant les heures de pointes, nous sommes obligés d’attendre vers 8 heures 30 pour commencer les travaux. Et c’est la même chose, l’après-midi. Nous terminons avant l’heure de pointe», indique un agent de l’entre­prise chargée de l’ouvrage sur la RN2, d’Ambohi­mahitsy à Soarano. L’Agence routière de Madagascar (ARM) a, en outre, évoqué un autre problème survenu sur la RN 7 où les routes sont aussi obstruées, à cause des travaux d’enrobage entre Andrefan’ Ambohijanahary et Soanierana. « Quelqu’un a déversé des ordures sur la chaussée à côté de l’enceinte de la Jirama à Soanierana. Donc, au lieu de faire les travaux d’enrobage, nous étions pris dans le ramassage de ces ordures », regrette un responsable auprès de cette institution. La pluie n’arrange pas les choses. «Comme l’eau de pluie stagne sur la chaussée, nous sommes obligés de l’évacuer, avant de travailler. Par ailleurs, nous ne pouvons pas stocker les enrobés que nous fabriquons, pour éviter que l’eau de pluie ne les détruise. Nous ne fabriquons, ainsi, que la quantité nécessaire pour la matinée », ajoute la source auprès de l’ARM. Ni l’ARM, ni l’entreprise chargée du travail, n’est en mesure de préciser la date de fin des travaux sur la RN7 et sur la RN2. « C’est très aléatoire. Cela dépend de plusieurs facteurs, la pluie est la plus prépondérante », reprend le responsable de l’ARM. Mais la pluie sera encore au rendez-vous, au moins, jusqu’à la fin de la semaine. À Antanimena, par contre, la circulation sur la RN4 devrait être rouverte, cet après-midi.

 

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Je suis dans le secteur BTP, j’ai déjà réaliser pas mal de travaux en Afrique;
    Question: QU’EST CE QUI EMPÊCHE CES ENTREPRISES DE FAIRE LES TRAVAUX PENDANT LA NUIT?
    Rien, absolument rein n’empêche de faire le rependre des enrobés pendant la nuit.
    Et par pitié, ne confier pas les travaux aux entreprises chinois.