Accueil » Editorial » Sans toit ni loi
Editorial

Sans toit ni loi

Révoltant. 72 heures après les premiers éboulements à Ampasamadinika aucune aide, aucun secours n’a été apporté à la population exposée à un danger grave. Ni les autorités communales, ni les sapeurs pompiers n’ont pas daigné prêter secours aux habitants lesquels ne savent plus à quel saint se vouer. C’est juste sidérant cette irresponsabilité. Comment on peut laisser ces gens dans une telle situation? Ils se trouvent dans le même cas que les victimes d’incendies ou les sans-abri d’une inondation. Beaucoup ont du quitter leur foyer en pleine nuit dimanche dès les premiers craquements. Ils n’ont pas où aller dans une conjoncture difficile pour tout le monde. Ils ne peuvent pas débarquer chez des proches sans augmenter les bouches à nourrir alors que la survie est déjà compliquée dans la majorité des ménages.

Pourquoi cette indifférence et cette différence de traitement ? Les habitants d’Ampasamadinika ne sont peut-être pas aussi nombreux que ceux des bas quartiers pour constituer un poids politique et électoral, mais on n’ira pas jusqu’à affirmer que comme ils soutiennent l’opposition, ils n’ont qu’à se débrouiller tout seuls. C’est presque l’attitude des autorités communales et des sapeurs-pompiers qui sont restés passifs jusqu’à maintenant. Si ce n’est pas une non assistance à des personnes en danger, cela y ressemble. Qui tiendra-t-on responsable si jamais il arrive quelque chose à ces pauvres gens?

Qui a donné un permis de construire et de déblayer au propriétaire du chantier qui met tout un quartier en danger? On aurait du arrêter les travaux depuis le début quand les riverains ont alerté les autorités. La situation est telle que les autorités communales auraient du prendre des mesures radicales et péremptoires pour éviter le pire. Un seul individu ne peut pas s’opposer à l’autorité municipale. C’est bien prouvé lors de la démolition des boutiques installées sur les trottoirs à Analakely où la Cua a fait preuve de détermination et d’inflexibilité en pleine état d’urgence sanitaire. Qu’est-ce qui l’empêche d’en faire autant dans cette situation où la vie de beaucoup de personnes est en danger? Il y a des logiques qu’on a du mal à comprendre. Mais tout compte fait plus rien n’étonne dans une ville où on peut se faire délivrer un permis de construire d’un immeuble de plusieurs étages qui va masquer toutes les fenêtres d’un autre immeuble qui était là depuis plusieurs années. Le cas est assez fréquent et les victimes préfèrent avaler la couleuvre pour ne pas avoir affaire à une justice qui n’est pas faite pour les sans toit ni loi. Lamentable.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi