Accueil » Social » Ecole primaire publique – Une hausse du nombre d’élèves inscrits
Social

Ecole primaire publique – Une hausse du nombre d’élèves inscrits

Pour la nouvelle rentrée scolaire, une hausse importante des inscriptions et réinscriptions scolaires a été constatée au niveau des certaines écoles primaires publiques de la capitale. Comme c’est le cas à l’EPP Volosarika Ambanidia qui enregistre une centaine d’inscriptions en plus. « L’inscription a été clôturée depuis quelques temps, mais le nombre d’élèves inscrits a grimpé cette année. Alors que pour la dernière année scolaire nous avons accueilli cinq cent-dix élèves, cette année, le nombre d’élèves inscrits est de six-cent-seize », indique Jean René Randriaelimanana, directeur de l’EPP Volosarika Ambanidia.

Le directeur explique cette ruée vers les inscriptions et les réinscriptions par le fait de la gratuité des frais d’inscription. « Lors de la précédente année scolaire, chaque parent devait payer 37 000 ariary. Cette année, c’est pour eux un soulagement de pouvoir inscrire leurs enfants sans rien payer de plus », avoue le directeur.

L’EPP devrait donc se réorganiser pour la rentrée pédagogique prévue le 26 octobre prochain. « Avec la hausse du nombre d’élèves inscrits, nous devons prévoir des équipements supplémentaires. Dans ce schéma, une nouvelle classe devrait être mise sur pied. Aucune augmentation des sections par classe n’a pas été décidée. Nous devons aussi nous organiser pour l’augmentation du nombre d’élèves pris en charge par un enseignant, car il en aura plus de cinquante », enchaîne le directeur d’école.

Avec la gratuité des inscriptions auprès des écoles publiques, des appuis financiers seront octroyés aux enseignants FRAM. La décision sur l’aspect logistique nécessite l’aval du comité FEFFI mis en place dans toutes les écoles publiques. « Le comité FEFFI assurera la gestion de la subvention des caisses écoles. Il est composé essentiellement de plusieurs membres, dont le représentant des parents d’élèves. Le comité a été récemment mis en place et nous attendons l’aval du ministère pour le valider », explique le responsable.

Un recoupement se déroule par rapport à la mise en place du comité de gestion des caisses écoles auprès du ministère de l’Éducation nationale. « Le ministère est en train de voir et de vérifier les conditions de mise en place du FEFFI au niveau de chaque école publique », explique Marie Michelle Sahondrarimalala, ministre de l’Education nationale. Le financement auprès du PAEB est également prévu dans la loi des finances, permettant de soutenir des enseignants FRAM non subventionnés en contrepartie de la gratuité des frais d’inscription auprès des écoles publiques.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi