Accueil » Politique » Découpage de la 23e région – Des notables défendent les valeurs de Matatana
Politique

Découpage de la 23e région – Des notables défendent les valeurs de Matatana

« Le district d’Ikongo devrait intégrer dans la région Fitovi­nany. De même pour la commune rurale de Namorona qui représente une place importante pour l’histoire de la région ». C’est ce que les notables, autrement dénommés « Ndrenogny », originaires de Matatana suggèrent après la rencontre sur le découpage territorial, effectué à Antananarivo, la semaine passée. Ces Ndrenogny ont donné leur bénédiction sur la scission des deux régions. « Nous pensons à la population et ne souhaitons que l’intérêt commun », ont-il annoncé lors d’une réunion qui s’est tenue à Vohipeno.

La scission en deux régions distinctes de Vato­vavy Fitovinany anime des débats à la base. Administra­tivement parlant, la démarche visant à aboutir le processus sur la mise en place de la 23e région ne pose pas de problème pour ces notables. Mais sur le plan culturel, ces notables défendent de toutes leurs forces les valeurs marquant le fondement de la tribu « Antemoro » malgré l’initiative de séparer Vato­vavy à Fitovinany. La position des « Ndrenogny » qui se sont réunis à Vohipeno a insisté sur l’idée de « garder le district d’Ikongo et la commune rurale de Namorona à Fitovinany». L’intégration de ces deux localités avec Mana­kara et Vohipeno fera de Fitovinany une région unie.

Malgré le fait que le processus est déjà discuté sur la table ronde au Palais d’État d’Iavoloha, aucun acte officiel n’est proclamé pour l’instauration de la 23e région jusqu’à présent. La répartition en trois districts de chaque pour Vatovavy et Fitovinany reste une division « imaginaire ». Nosy Varika, Mananjary et Ifana­diana seront attribués à Vato­vavy tandis que Manakara, Vohipeno et Ikongo avec la commune rurale de Namo­rona porteront le symbole de Matatana à Fitovinany.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi