Accueil » A la une » Antsirabe – Une famille de six personnes décimée
A la une Faits divers

Antsirabe – Une famille de six personnes décimée

Un sextuple décès est survenu dans ce foyer, à Sahanivotry.

La mort a happé en une nuit une femme de trente-trois ans et ses cinq enfants. Le chef de famille n’était pas sur place lorsque le pire s’est produit.

Un fait divers à fendre le cœur. Toute une famille a été décimée à Sahanivotry Antsirabe, suite à une intoxication au monoxyde de carbone. En une nuit, six personnes ont été happées par une mort silencieuse, alors qu’elles plongeaient dans le sommeil. La mère de famille de trente-trois ans y a laissé la vie avec ses cinq enfants, dont le dernier avait à peine cinq mois.

Le village, théâtre de ce drame, est situé en retrait du chef-lieu de commune de Sahanivotry qui lui-même est situé à une trentaine de kilomètre de l’agglomération urbaine d’Antsirabe. Enfoui en pleine brousse, ce village campagnard est connu dans l’agriculture saisonnière et la production de charbon. Le sextuple décès est survenu dans la nuit de mardi à mercredi. Néanmoins, la découverte macabre n’a été effectuée que deux jours plus tard. Vendredi, des villageois ont manifesté leur inquiétude auprès du chef fokontany, lorsqu’un silence de mort a envahi le foyer des victimes. Pendant deux jours d’affilée, leurs portes et fenêtres étaient fermées, ce qui a mis la puce à l’oreille des riverains. Alerté, le comité local de sécurité conduit par le chef fokontany s’est dépêché sur les lieux. En inspectant la maison, les personnes sur place étaient pétrifiées, lorsqu’elles ont découvert les six victimes, décédées dans leur sommeil. Sans tarder, le poste avancé de la gendarmerie nationale à Sahanivotry a fait un constat et a ouvert une enquête. En examinant les corps, les enquêteurs n’ont relevé aucune blessure. Sitôt informé de la situation, le groupement de la gendarmerie nationale de la région Vakinankaratra a donné l’ordre de mener une investigation approfondie.

Combustion lente

Une équipe d’enquêteurs du groupe d’appui de la police judiciaire, accompagné d’un médecin, s’est rendu sur les lieux. L’examen des dépouilles a révélé que les victimes sont mortes asphyxiées. En démystifiant l’affaire, la gendarmerie a dissipé les inquiétudes autour d’un empoisonnement qui a délié les langues. Le chef de famille n’était pas chez lui lorsque sa famille a péri. D’après les informations recueillies, il était parti à Antsirabe au moment des faits, pour écouler leur production familiale de charbon.

En rassemblant tous les éléments du puzzle, les enquêteurs ont conclu que c’était le gagne-pain de la famille qui portait le germe de sa propre destruction. La production et le commerce de charbon de bois étant pour elles la principale source de revenu, les victimes ont sorti, mercredi, de leurs meules une importante quantité de charbon encore fumant, pour la garder dans leur foyer de peur que des malfaiteurs ne la leur volent. Le charbon se figeait encore dans un état de combustion lente. L’intoxication meurtrière scellait le sort de la famille.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi