Accueil » A la une » Un téléphone, un arbre – Cent mille arbres à planter cette année
A la une Social

Un téléphone, un arbre – Cent mille arbres à planter cette année

Le  concept  aide  aussi  les  bénéficiaires  à  étendre la  culture  maraichère.

Jusqu’ici, cinquante mille arbres ont été mis en terre l’année dernière dans le cadre du projet un téléphone, un arbre. Pour 2021-2022, cent-mille arbres seront plantés dans le cadre de ce projet dans quatre régions, à savoir Analamanga, Boeny, Atsinanana et Menabe. L’année dernière, les cinquante mille arbres ont été destinés à 40 paysans partenaires de Bôndy dans le district d’Andramasina, région Analamanga répartis dans huit fokontany.

Le reboisement consiste à planter des arbres utiles à la population locale afin qu’elle en dégage des revenus. Un concept simple et astucieux. « Nous ne nous contentons pas de planter des arbres, nous appuyons également les paysans bénéficiaires à déployer la culture maraîchère à côté de l’arbre à planter », indique Max Fontaine, Fondateur de Bôndy. Des chaînes de valeurs sont ainsi créées pour pouvoir vendre les produits issus de ces arbres plantés. Il s’agit par exemple d’huiles essentielles, des produits ligneux ou non ligneux. En plus des activités génératrices de revenus en parallèle avec le reboisement, l’aspect protection de l’environnement est également mis en exergue. « J’ai passé des années à mettre en valeur cette terre qui mesure près de 1 Ha. Avec l’âge, je ne peux plus planter d’ arbres alors mes enfants m’aident dans cette tâche. Je trouve que le projet de reboiser ma terre est une bonne idée puisque mes petits-enfants pourront avoir un bel héritage. Le reboisement permet également de protéger la terre contre l’érosion », indique Philibert Randrianarimanana, paysan de 65 ans dans le district d’Andramasina.

Suivi rigoureux

Le suivi des jeunes plants est assuré à travers une collaboration des paysans avec Bôndy. « L’innovation du projet d’Andramasina réside dans la fragmentation du reboisement. On plante sur une multitude de parcelles appartenant à différents paysans pour garantir un meilleur entretien, et donc améliorer le taux de survie des arbres. En effet, plus on a de partenaires pour s’occuper des arbres TELMA, mieux ils en prendront soin », enchaîne le fondateur de Bôndy. Dans la parcelle de terre de Philibert, un paysan dans le district d’Andramasina, le taux de survie est satisfaisant. Puisque sur huit cent cinquante arbres plantés, le taux de survie est de 89%. Le suivi est effectué avec un regarnissage pour remplacer les arbres qui n’ont pas survécu. « L’objectif est d’atteindre les 99% de réussite des arbres d’ici 5 ans », souligne le communiqué.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter