Texto de Ravel

Les jeunes et la géopolitique

Le monde n’a jamais été aussi jeune comme le démontrent les chiffres des Nations Unies. Sur les quelques 7,5 milliards d’êtres humains, près du quart ont entre et entre 10 et 24 ans. 1,8 milliard de personnes et de potentialités sous-estimés. On entend très souvent que la jeunesse est l’avenir du monde, pourtant plus de la moitié des enfants et des adolescents âgés de 6 à 14 ans n’auraient pas les compétences de base en lecture et en calcul, même si la majorité d’entre eux vont à l’école. Il est donc indéniable qu’il y a de sérieux problèmes dans le système éducatif.

Le 12 août a été désigné Journée internationale de la jeunesse. Cette année, le thème choisi parle de « transformer l’éducation ». On parle d’accessibilité, d’inclusivité pour tous les jeunes. Les Nation Unies souhaiteraient mettre l’accent sur les efforts des jeunes eux-mêmes. Pour l’édition 2019, la Journée internationale de la jeunesse voulait aussi analyser comment les gouvernements, entre autres acteurs, transforment l’éducation pour en faire un outil puissant permettant de réaliser le Programme 2030 pour le développement durable. Alors, on s’est prêté à un jeu. Celui de faire analyser par les jeunes leurs gouvernements. Non pas sur la thématique de l’enseignement mais plutôt à un niveau plus élevé : la géopolitique. Comment des jeunes perçoivent les enjeux et jeux de force entre pays dans le monde ?
Plusieurs thématiques ont été proposées aux jeunes afin qu’ils puissent s’exercer à l’analyse géopolitique. Le résultat est très intéressant : les jeunes s’intéressent majoritairement à la relation entre la Chine et l’Afrique. Puis, la relation entre les Etats-Unis et l’Afrique. Enfin la réflexion sur l’Afrique elle-même en tant que continent unique et à la fois diversifié.

Alors, que disent les jeunes sur le mariage sino-africain ? D’un premier abord, l’Afrique est perçue comme un nouvel horizon pour les entreprises chinoises. En effet, le commerce entre la Chine et l’Afrique est en constante hausse. Il pourra atteindre facilement dans les 200 milliards de dollars en 2020. Troisième pays partenaire commercial de l’Afrique, la Chine évoluera aisément comme étant le premier partenaire d’ici quelques années. Pas moins de 15% des exportations africaines sont destinées à la Chine. 70%de ces exportations sont des ressources énergétiques comme le pétrole et 15% de ressources minières. Par contre, on ne compte que moins de 5% de produits manufacturés. La Chine devient petit à petit le pays qui investit le plus dans la production de pétrole en Afrique ainsi que dans les infrastructures.

L’Afrique ne représente que moins de 10% des échanges commerciaux internationaux de la Chine. Cela démontre que sa présence sur le continent se joue sur d’autres lignes : les enjeux diplomatiques. Le mariage sino-africian a permis à cette première de reprendre des forces sur le plan international, notamment face au Japon, à Taiwan, aux Etats-Unis, à la France. Le jeu du « soft power » développé consiste à soutenir les Etats Africains presque sans conditions. Les aides financières et techniques apportées par la Chine aux gouvernements d’Afrique sont octroyés sans demander la bonne gouvernance et ne viennent nullement s’ingérer dans les modes de gouvernance des dirigeants dictateurs. La Chine sait ce qu’elle veut et est prête à mettre la main dans la poche pour conforter les tenants du pouvoir en Afrique.

De très bonnes analyses de nos jeunes face à la réalité et au futur de leur continent. Espérons qu’on puisse de plus en plus demander leurs avis sur des sujets brulant comme l’avenir des « Îles Eparses », les dettes Malgaches, la présence des autres pays à Madagascar.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter