Politique

Journalisme collaboratif : Une opportunité d’ouverture pour les journalistes

La pratique de la collaboration journalistique est encore moins connue à Madagascar. Etant une branche du journalisme d’investigation et une méthode la plus utilisée dans d’autres pays, presque tous les journalistes francophones et anglophones l’utilisent pour mener une enquête sur les dossiers brûlants. Leila Minano, correspondante du consortium Investigate Europe est de passage à Madagascar pour partager son expérience sur le journalisme collaboratif.

Bien que le métier du journalisme d’investigation commence à gagner du terrain à Madagascar, le partage sur la méthode de travail axé sur le journalisme collaboratif intéresse les professionnels des médias. L’importance est qu’il y ait un partage entre les journalistes regroupés sur un réseautage, souligne Leila Minano. En guise d’explication, elle a rappelé que parmi les dossiers qui ont fait le plus de scandale dans le monde figurent l’affaire Panama Papers et celle de Paradise Papers. Avec des langues, de terrains différents ainsi que des risques en tous genres, deux cent vingt journalistes dans quatre vingt pays ont réussi à réunir leurs efforts pour travailler sur ces dossiers. De nombreuses personnalités étatiques et dans les secteurs économiques ont été, en effet, épinglées dans l’enquête financière au lendemain de l’explosion des dossiers en 2016. Le cas de Madagascar en particulier y a été soulevé.

Ces résultats en termes d’investigation ne sont autres que l’interaction des tâches sur le journalisme transfrontalier. En fait, malgré l’augmentation du nombre des professionnels des médias malgaches qui s’investissent dans le journalisme d’enquête, certaines limites sont quand même soulevées comme étant des obstacles en la matière. Pour Vonjy Radasimalala, un chargé de projet à l’Unesco, le problème pourrait être le financement en matière d’investigation et la pérennisation des projets. Tandis que pour d’autres journalistes comme Julien Rakotonaivo, la perspective d’ouvrir sur d’autres questions épineuses à part les dossiers politico-financiers comme l’a révélé Panama Papers devrait être abordée. Enfin, il y en a ceux qui doutent quant à l’application de la législation nationale.

Pour Leila Minano, la collaboration est faisable entre tous les journalistes afin d’aboutir à une réussite dans le domaine d’investigation. En fait, la pratique n’écarte pas l’application des textes en vigueur dans le pays mais elle vise l’initiative de tout un chacun d’aller plus loin dans le métier. L’honnêteté, le professionnalisme, la vérification ainsi que toutes les fondamentales du journalisme restent les règles d’or à respecter.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter